×
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
23 févr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Salvatore Ferragamo : de Carl Jung à Nancy Pelosi

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
23 févr. 2020

Il arrive rarement que des ouvrages de psychanalyse servent de point de départ pour une collection de mode. Mais ce sont ces lectures qui ont inspiré Paul Andrew, dont la dernière collection pour Salvatore Ferragamo faisait un commentaire puissant sur la mode.


Salvatore Ferragamo - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Milan - © PixelFormula


Une esthétique raffinée, réaliste, équilibrée, avec un soupçon raisonné d'inattendu : c'est exactement ce qu'on attend d'une maison florentine de la classe de Ferragamo.

Le point de départ de Paul Andrew : une lecture faite à Noël sur les réflexions du psychanalyste suisse Carl Jung, qui a émis l'hypothèse que les femmes se divisent entre sept archétypes principaux : reine, mère, maîtresse, sage, jeune fille, chasseresse et mystique. 

"J'y ai beaucoup réfléchi, et j'ai réalisé que les femmes d'aujourd'hui incarnent à elles seules tous ces archétypes, à des heures différentes de la journée. C'est le point de départ de cette collection", explique le créateur en coulisse, debout devant une planche d'inspirations parsemée de portraits en noir et blanc d'icônes de notre temps, d'Oprah Winfrey à Sharon Stone, en passant par Grace Jones ou Nancy Pelosi.

Sans oublier Wanda Ferragamo, la veuve de Salvatore, bien sûr, "à qui l'on doit le succès de cette maison aujourd'hui. Tandis que Nancy Pelosi représente pour moi l'intelligence du pouvoir", confie-t-il, entouré par des journalistes italiens qui enregistrent ses propos sur leurs téléphones portables.


Salvatore Ferragamo - Automne-Hiver2020 - Prêt-à-porter féminin - Milan - © PixelFormula

 
Mis en scène dans l'église Renaissance de San Michele, le défilé s'ouvrait sur un manteau d'homme en cachemire parfaitement coupé, porté avec une délicieuse jupe à franges dorées virevoltant au mollet. Puis, un costume de femme d'affaires impeccable, vert olive foncé. Deux femmes à l'allure sage, qui plantaient le décor de ce grand moment d'élégance.

Pour les femmes de la catégorie "mystique", Paul Andrew propose des manteaux d'espions à col cheminée, en daim tabac ou rouge feu ; pour ses "chasseresses", des combinaisons moulantes en cuir dignes d'un film d'action américain ; et des robes strictes munies de poches militaires en veau beige pour ses déesses — incarnées par exemple par Carolyn Murphy, rayon de soleil de ce casting intelligent, qui mettait à l'honneur plusieurs mannequins légendaires des années 1990.


Salvatore Ferragamo - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Milan - © PixelFormula

 
Styliste chaussures de formation, Paul Andrew nous donnait l'embarras du choix dans cette catégorie qui est au cœur de l'activité de Ferragamo : de superbes bottines à lacets contrastés, des variations sur les escarpins classiques de la maison, et un superbe nouveau modèle de botte pointue, orné de la double-boucle signature de la maison.

Le créateur britannique s'est aussi lancé dans une démarche astucieuse d'upcycling : après avoir déniché dans les archives un album d'images de Fulvia Ferragamo — la fille de Wanda, qui a créé les premiers carrés de soie de la marque — il s'est inspiré de feuilles et de fleurs découpées pour créer les imprimés de la collection. Ces motifs étaient ensuite déclinés sur des sacs en cuir tressé d'esprit hippie (très) chic, qui reproduisaient ces couleurs et ces dessins automnaux à partir de vieux stocks de cuir retrouvés dans un entrepôt Ferragamo.

Carl Jung, fils d'un petit pasteur de campagne, aurait sûrement approuvé cette frugalité teintée d'écologie — et admiré le formidable travail de Paul Andrew.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com