×

Sandro, Maje et Claudie Pierlot renoncent aux peaux exotiques

Publié le
9 avr. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sandro, Maje et Claudie Pierlot s’engagent à ne plus utiliser les cuirs issus de crocodiles, lézards, serpents et autres reptiles. Des représentants du groupe de mode français SMCP, détenant les trois marques de prêt-à-porter, "ont confirmé auprès de Peta cesser la vente d’articles en cuirs exotiques", a fait savoir à FashionNetwork.com l’association de défense des animaux People for the Ethical Treatment of Animals.
 

Image extraite d’une enquête sur l’industrie des peaux de crocodiles au Vietnam menée par l'ONG - Peta


Alors que de nombreuses maisons se sont progressivement engagées à ne plus utiliser la fourrure animale dans leurs collections, Chanel avait été la première en 2018 à annoncer qu’elle se passerait aussi des peaux de reptile. Depuis, Victoria Beckham, Vivienne Westwood et Paul Smith, entre autres, ont suivi le mouvement, tout comme Versace qui a renoncé au cuir de kangourou.

Les grands groupes de luxe se sont engagés eux aussi ces derniers temps en faveur du bien-être animal. LVMH, qui possède ses propres fermes d’élevage de crocodiles, a renforcé l’an dernier ses critères de sélection des fournisseurs pour s’assurer un approvisionnement responsable en mettant en place de nouveaux standards. Hermès et Kering travaillent pour leur part avec les fermes d’élevage de l’International Crocodilian Farmers Association (ICFA), créée en 2016, dont les standards définissent les meilleures pratiques pour le bien-être animal, les conditions de travail et la protection de l’environnement.

"Chaque article fait de peaux de serpent ou d’alligator rime avec souffrance pour les animaux dont elles proviennent, dépecés parfois alors qu’ils sont encore vivants et pleinement conscients", rappelle Mathilde Dorbessan, chargée des relations avec les entreprises pour Peta.
 
"Nous célébrons cette excellente décision du groupe SMCP qui s’inscrit dans une démarche pleine de compassion et encourageons d’autres marques à suivre ce bon exemple", conclut-elle.

Peta a multiplié les enquêtes ces dernières années sur les traitements cruels infligés aux animaux en faisant pression sur les marques de luxe pour qu’elles cessent d’utiliser fourrures et peaux exotiques. Elle s’attaque désormais à l’utilisation de la laine, cachemire et autre mohair, dénonçant les pratiques de plusieurs exploitations lainières dans le monde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com