×
Publicités
Publié le
29 oct. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sandro s'essaie à son tour à la vente en ligne de vêtements d’occasion

Publié le
29 oct. 2021

Après les récentes annonces de The Kooples et Jean Paul Gaultier, Sandro est une autre marque phare du secteur de la mode à s’engager sur le chemin de l’occasion et à espérer obtenir sa part du gâteau. En trois ans, le nombre de vendeurs de seconde main en ligne a en effet doublé dans l’Hexagone. "Persuadée que la pérennité des collections dépasse la saison pour laquelle elles sont confectionnées", la marque du groupe SMCP a décidé d’ouvrir une plateforme web consacrée à la revente de ses propres produits. Un moyen de capter les pièces dont souhaitent se séparer ses clientes et de leur donner une seconde vie. 


Sandro lance son service de seconde main en ligne - DR

 
Pour mettre au point ce site, la griffe fondée en 1984 par Evelyne et Ilan Chetrite a fait appel à l’expertise de Faume, une start-up qui fournit une solution technologique et logistique aux marques se lançant dans la mode d’occasion. Elle accompagne déjà Isabel Marant, Aigle ou Balzac Paris.

L’objectif de ce service est de simplifier le parcours de la seconde main: la personne qui souhaite vendre un vêtement Sandro remplit un formulaire en ligne puis envoie gratuitement la pièce par la poste (à l’aide d’un bordereau fourni).

Après authentification, passage par le contrôle qualité et nettoyage, le vêtement est remis en vente sur le site. Le vendeur reçoit alors un bon d’achat à dépenser chez Sandro, en ligne ou en boutique. Dans le cas où la pièce envoyée est en mauvais état, elle ne sera pas retournée au vendeur mais donnée à une association. L’acheteur, quant à lui, a la possibilité de renvoyer l’article d’occasion s’il ne lui convient pas.


Des vêtements sont déjà répertoriés sur le site - Capture écran


Une plateforme qui s’inscrit dans la stratégie RSE de la marque de luxe accessible, dont près de 50% des collections sont à ce jour confectionnées de façon plus responsable, avec l’ambition d’atteindre 70% d’ici 2025.

Cette année, la marque a renouvelé son image, dévoilant un nouveau logo, plus massif, et un concept boutique remanié, misant sur l’épure et la mise en valeur d’œuvres d’art. Affectées par la crise sanitaire, ses ventes annuelles ont reculé de 25% en 2020 pour s’établir à 414 millions d’euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com