×
Publicités
Publié le
9 nov. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sarenza fête ses 15 ans et amplifie la place du prêt-à-porter

Publié le
9 nov. 2020

Après un premier confinement  qui a chamboulé ses habitudes, Sarenza remobilise ses équipes. "Je suis arrivée quelques jours avant le confinement de mars au sein de la société, confie Gwennola Queinnec, directrice e-commerce de Monoprix Online (filiale regroupant les activités e-commerce du groupe Monoprix dont dépend Sarenza depuis son rachat en 2018). Ce fût une entrée en matière très particulière. Nous avons fait face à des habitudes de consommation très différentes. Les ventes mode et chaussures ont baissé au profit de l’alimentaire et quand celles-ci ont reprises, les achats se sont portés sur des typologies d’articles plus cocooning et sportswear. Nous avons aussi enregistré un boom sur les produits enfants, notamment les chaussures ouvertes. Nous avons dû trouver en interne un autre mode de travail, les approvisionnements ont été chamboulés, mais plus que jamais nous avons accompagnés nos clients afin d’être plus pertinents sur le site avec des produits tournés vers la maman, le sport, le soin, les jeux de société… "


Gwennola Queinnec,directrice e-commerce de Monoprix Online

 
De fait, avec sa reprise par le groupe Monoprix, la mode a fait son entrée aux côtés des références chaussures de la plateforme qui représentent toujours 70% des ventes même si la parité de l’offre avec le textile en termes de pièces est bien respectée. "D’expert de la chaussure, nous équipons désormais nos clients de la tête aux pieds, explique Gwennola Queinnec. Le soulier accompagne le vêtement et structure un look, donne un style. Nous restons dans cette expertise qui est au cœur de notre stratégie".

Pour autant, l’offre va encore s’élargir dans les mois à venir afin d’être toujours plus pertinente auprès des client(e)s qui aiment la mode. "Notre différence par rapport à nos concurrents passe par notre offre qui est moins pléthorique (plus de 500 marques et 40 000 références dont 15 000 pour le textile). L’idée est de faire une curation par rapport à notre cible qui est la femme à 80% (qui achète aussi pour l’homme et l’enfant), plutôt trentenaire et que nous qualifions soit de maman plurielle (elle marie pièces entrée de gamme et d'autres plus fashion), soit de citadine et fashionista (elle aime les marques de niche, les capsules)", souligne la directrice e-commerce.

Aux côtés de ses six marques propres en chaussures et accessoires (Made by Sarenza, Georgia Rose, Mr Sarenza, Marvin&Co, I love shoes et la toute dernière lancée à la rentrée pour les enfants baptisée Rose et Martin), Sarenza propose des marques iconiques en mode (Grace & Mila, MKT Studio, Bensimon…), mais aussi deux fois par an des capsules comme dernièrement avec Côme Editions, salut beauté ou encore Elise Chalmin. "L’incubateur ou le Nursering vont prendre de l’ampleur prochainement, souligne Gwennola Queinnec. Nous allons ainsi lancer une marketplace out et une marketplace in d’ici peu comme un écrin pour valoriser  des marques qui n'ont pas encore de visibilité sur le web."
 
La mode écoresponsable est aussi l’autre segment montant. "Nos clients aiment la mode, mais sans jugement ainsi que la notion de confort et l’engagement", poursuit-elle. Ainsi, on trouve sur la plateforme Sarenza des marques partenaires engagées comme les sacs Rive Droite Paris, Nat & Nin, les sneackers Veja, adidas by Stella McCartney, Caval ou Ecoalf. "On sent un véritable changement chez les consommateurs. Est-ce que le confinement contribue à cela ? Pour ce faire, nous sommes de plus en plus explicites sur un certain nombre de critères", détaille Gwennola Queinnec.


Tee-shirts en édition limitée pour les 15 ans de Sarenza.

 

Actions sociales et solidaires pour les 15 ans



Enfin, Sarenza, qui a toujours été pour la parité homme/femme, a accéléré ses engagements à travers des actions sociales et solidaires pendant le premier confinement notamment aux côtés de l’association “En avant toute(s)“ qui lutte contre les violences faites aux femmes. Dons, ventes solidaires, volontariat et mise en place d’un chat sécurisé qui s’ouvre avec le mot “sandale simone“ dans la barre de recherche du site, la plateforme s’engage comme elle l’a toujours fait depuis ses débuts à l’image des courses en escarpins ou en 2019 de l’opération Coding Days qui appelait les femmes à se mettre au codage.

"Cette prise de parole est dans notre ADN mais toujours sur le registre de l’humour", confie Gwennola Queinnec. Une prise de conscience tout en douceur que Sarenza met à l’honneur pour célébrer ses 15 ans. Pour l’occasion, elle a invité six anciens partenaires de collaborations (dont Valentine Gauthier, Elise Chalmin… mais aussi l’artiste Quentin Monge) à imaginer un tee-shirt qui illustre leur vision de la femme. En tout, place à six modèles en coton bio (de 29 à 35 euros) dont la vente de chaque article permettra de reverser 5 euros à “En avant toute(s)“. Suivra prochainement un film sur les réseaux sociaux et racontant les moments forts de Sarenza durant ces quinze dernières années. "Nous avions imaginé une vraie fête avec nos fournisseurs mais l'épidémie en a décidé autrement, conclut la directrice e-commerce de Monoprix Online. Peu importe, nous resterons créatifs et prochainement aura lieu une belle opération commerciale pour célébrer notre évolution, nos engagements."
 
Sarenza est aujourd’hui présent dans 26 pays en Europe avec une sélection de plus de 500 marques et 40.000 références. En 2019, le site a enregistré un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros et 2020 devrait être aligné sur celui-ci, avec comme différence un pourcentage des ventes plus élevé en France cette année Covid oblige, soit 70% (+6% versus 2019).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com