×
Publicités
Publié le
9 sept. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Scalapay lève 131 millions d'euros pour se développer à l'international

Publié le
9 sept. 2021

Le spécialiste italien du paiement fractionné Scalapay annonce la levée de 131 millions d'euros (150 millions de dollars), destinés à accompagner le renforcement de ses équipes et son développement à l'international.


Raffaele Terrone (CFO), Simone Mancini (CEO), Johnny Mitresvki (CTO) et Pingki Houang (directeur général). - Scalapay



La structure porte ainsi à 203 millions de dollars les fonds levés depuis son lancement en 2019 par Simone Mancini et Johnny Mitrevski, épaulés de Raffaele Terrone, Daniele Tessari et Mirco Mattevi. Ce nouveau tour de table a été mené par Tiger Global, avec la participation de Baleen Capital et Woodson Capital, qui sont venus rejoindre les investissements existants que sont Fasanara Capital et Ithaca Investments.

Scalapay, qui a déjà doublé ses équipes depuis janvier en passant le cap des 150 employés, entend employer ses fonds pour renforcer ses équipes comme ses opérations. L'entreprise entend notamment ajouter de nouveaux pays à son périmètre, qui compte déjà Italie, France, Allemagne, Espagne, Portugal, Finlande, Belgique, Pays-Bas et Autriche.

L'entreprise entend par ailleurs lancer de nouveaux produits destinés à soutenir les commerces des secteurs du luxe, et de la mode et du voyage. Déjà forte de quelque 3.000 marques partenaires, dont Calzedonia, Moschino, Alberta Ferretti, Piquadro, Gérard Darel, Liu Jo, Intimissimi ou Lollipops, Scalapay propose d'organiser les paiements en trois fois sans frais. Avec à la clef un argument chiffré: cette offre doperait de 48% les paniers moyens, et de 11% le taux de conversion.


Scalapay



"Nous donnons aux clients la possibilité de profiter des petits plaisirs de la vie sans avoir à entrer systématiquement dans le compromis pour l’achat d’un parfum, d’une robe ou d’un week-end romantique", explique le CEO Simone Mancini, qui indique vouloir introduire le concept de la dolce vita dans le BNPL (buy now, pay later). Francesco Filia, PDG de Fasanara Capital, pointe quant à lui que “alors que des sociétés comme Klarna et Afterpay (des concurrents, ndlr) ont lancé des comptes de dépôt et se sont rapprochées de l'espace bancaire, la feuille de route passionnante de Scalapay est axée sur l'aide aux commerçants".

Depuis le printemps placé sous la direction générale de Pingki Houang, ex-dirigeant de ShowroomPrivé, Stuart, Fnac et FashionCube (Jule, Brice, Rouge-Gorge…), la structure indique avoir relevé une forte demande l'an passé du côté des articles de mode de luxe. Une opportunité pour l'entreprise qui se revendique leader pour l'Europe du sud, mais n'entend plus s'y limiter.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com