×
Publicités
Publié le
3 nov. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Se considérant "essentielles", les boutiques pour enfant demandent au Premier ministre leur réouverture

Publié le
3 nov. 2020

Ïdkids (Okaïdi, Obaïbi, Jacadi…), Tape à l’œil, Kidiliz (Z, Absorba, Catimini…), CWF, Petit Bateau, Du Pareil au même, Aubert, Orchestra, La Grande Récré, Joué Club... au total, ce sont trente acteurs de l’univers de l’enfant qui signent une lettre ouverte pour demander au Premier ministre Jean Castex de rouvrir leurs boutiques.


Les marques et enseignes pour enfants se disent essentielles et veulent rester ouvertes - ÏDKIDS


En réponse à l’obligation de fermer tous les commerces dits "non essentiels" pendant la durée du reconfinement, les marques et enseignes dédiées à l’enfant, qu’ils officient dans l’univers de l’habillement ou des loisirs, expliquent en quoi leur activité est au contraire essentielle pour l’enfant,. Le hashtag #essentielpourlenfant ayant même été créé.
 
"Monsieur le Premier ministre,
Pendant le confinement des enfants vont naître, d’autres vont grandir… Certains vont à la crèche, d’autres à l'école. Tous passent plus de temps en famille. A l’approche des fêtes de fin d’année, plus que jamais, prendre soin des enfants est ESSENTIEL! ",
c’est ainsi que débute la lettre adressée à Jean Castex, également publiée sur les réseaux sociaux.

La missive souligne qu’il est "essentiel" d’accompagner les jeunes parents à s’équiper pour la naissance de leurs enfants. Qu’il est aussi essentiel de devoir les habiller, les chausser ou renouveler leur garde-robe. Tout comme il est essentiel à leur épanouissement de leur proposer des activités d’éveil et des moments de jeux.  

La lettre rappelle également que cette crise sanitaire "est un défi pour l’accueil des nouveau-nés, le développement des enfants et l’équilibre de la famille. Elle l’est aussi pour l’ensemble des acteurs économiques du monde de l’enfant pour qui cette période compte pour 60% de l’activité jouet et 25% de l’activité textile et mobilise, en plus de nombreux emplois permanents, entre 15 et 30% d’intérimaires supplémentaires". 

Les signataires, qui publient également sur le site Change.org une pétition, demandent donc à Jean Castex de procéder à la réouverture des boutiques consacrées à l’univers de l'enfant d’ici quinze jours, soulignant que d’autres pays européens comme l’Italie considèrent leurs commerces comme essentiels.
 
Publiée le lundi 2 novembre en fin de journée, cette lettre ne fait pas mention de la fermeture des rayons non essentiels dans la grande distribution. Sur ce point jugé trop polémique, la plupart des acteurs de l’enfant ne veulent pas se prononcer. Du côté de Bonton, on souligne simplement que " le commerce de proximité est essentiel à l'équilibre et l'organisation sociale et économique d'un pays".
 
Dans tous les cas, si la fermeture de ces rayons établit un peu plus d’équité, elle n'apparaît pas comme la solution pour les acteurs de l’enfant.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com