×
Publicités
Par
AFP
Publié le
20 févr. 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Semaine de la mode parisienne : des grands noms et deux premières attendues

Par
AFP
Publié le
20 févr. 2008

PARIS, 20 fév 2008 (AFP) - Le marathon des défilés parisiens de prêt-à-porter féminin pour l'hiver débute samedi 23 février, avec 90 présentations en neuf jours, dont deux premières collections très attendues : celles d'Esteban Cortazar pour Emanuel Ungaro et surtout d'Alessandra Facchinetti pour Valentino.


Alessandra Facchinetti - Photo : AFP

Le calendrier accueille peu de nouveaux venus aux côtés des grands noms de la mode française (Chanel, Dior, Christian Lacroix, Jean Paul Gaultier, Yves Saint Laurent...) et de créateurs venus pour la plupart d'Europe et d'Asie.

Alessandra Facchinetti, ex-directrice de la création chez Gucci, nommée directrice artistique des collections femme de Valentino en septembre, a la délicate tâche de faire vivre l'héritage du fondateur de la griffe italienne.

Valentino vient en effet de quitter le monde de la mode après avoir présenté une ultime collection pendant la semaine de la haute couture en janvier à Paris.

Ex-styliste chez Prada puis coordinatrice artistique de Miu Miu, la deuxième ligne de Prada, Alessandra Facchinetti a signé deux collections femme pour Gucci en tant que directrice de la création pour-le-prêt-à-porter féminin en 2004/2005. Elle a aussi travaillé pour la marque de vêtements de sports d'hiver Moncler avant de venir renforcer l'équipe de Valentino.

De son côté Esteban Cortazar, 23 ans, né en Colombie mais de nationalité britannique, devra montrer qu'il est capable de donner un nouveau souffle à Ungaro.

Il a succédé il y a trois mois au styliste norvégien Peter Dundas, congédié pour résultats insuffisants en juillet dernier, au bout d'un an et demi seulement chez Ungaro. La direction d'Ungaro avait estimé alors que la griffe avait besoin d'"un choc électrique" que Peter Dundas ne lui avait pas donné. La maison était absente des podiums en octobre.

Esteban Cortazar, qui vit aux Etats-Unis depuis l'âge de onze ans, est le quatrième styliste chargé du prêt-à-porter féminin de la maison de couture depuis le départ d'Emanuel Ungaro en 2005.

Esteban Cortazar - Photo : AFP

Considéré par plusieurs magazines américains comme un surdoué de la mode, il a fait ses débuts très tôt : à 15 ans, il a dessiné une collection pour une présentation collective durant la semaine de la mode de Miami. Dès 2002, il présentait sa première collection sous son nom. Depuis, il a habillé des célébrités comme l'actrice Eva Longoria, la chanteuse Beyoncé et la starlette Paris Hilton.

Le calendrier s'ouvre à nouveau à la mode indienne. L'un des plus célèbres stylistes d'Inde, Rajesh Pratap Singh, défile pour la première fois à Paris. Il rejoint son compatriote Manish Arora qui, cette saison encore, a déserté Londres pour Paris.

Basé à New Delhi, diplômé du National Institute of Fashion Technology de Delhi, Rajesh Pratap Singh a travaillé pendant deux ans en Inde et en Italie avant de créer sa marque en 1997. Il défilait jusqu'à présent à New Delhi.

Parmi les autres nouveaux venus figurent deux duos: les Japonais Iku Furudate et Kaito Hori pour Commuun, et le couple français François Alary, 26 ans, et Ophélie Klère, 25 ans, pour Dévastée.

Commuun considère les paysages comme une des influences majeures de son travail. La griffe se préoccupe de l'environnement et n'utilise que des matières naturelles et bio. Les deux créateurs de Dévastée proposent un univers qu'ils définissent comme "assez sombre, mais pas morbide".

Les défilés évitent la dispersion géographique, beaucoup se déroulant dans le centre de la capitale, notamment au Carrousel du Louvre (Ie) et ses environs.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.