×
Publicités
Publié le
26 sept. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Séraphine étoffe son réseau de boutiques

Publié le
26 sept. 2018

Un an presque jour pour jour après l’ouverture de sa première boutique parisienne de la place Saint-Sulpice, la marque de prêt-à-porter pour femme enceinte s’offre un second point de vente dans la capitale. Séraphine s’installe ainsi sur 80 mètres carrés au 84 avenue Victor-Hugo, dans le  XVIe arrondissement.


La boutique Séraphine de l'avenue Victor Hugo à Paris - DR


Fondée en 2014 à Londres par la Française Cécile Reinaud, Séraphine jouit aujourd’hui d’un réseau de boutiques à Londres, New York, Hong Kong ou encore Dubaï. « En janvier prochain, nous allons ouvrir notre première boutique en Inde, à New Delhi, dans le centre commercial Citywalk, et nous nous installerons aussi prochainement à Los Angeles. Nous envisageons aussi un troisième point de vente à Paris », explique Cécile Reinaud, la PDG de Séraphine, qui précise que les Etats-Unis sont en passe de devenir le premier marché de la marque devant l’Angleterre. 

Pour accélérer les ouvertures de boutiques, Cécile Reinaud a cédé en 2017 la majorité du capital de Séraphine au fonds Bridgepoint (Historie d’or…). La marque, qui en 2017 a réalisé un chiffre d’affaires de 18 millions de livres (20 millions d’euros) et devrait clôturer 2018 sur des ventes à 20 millions de livres, réalise aujourd’hui 60 % de ses ventes via son e-shop.

Arrivée sur le segment de la mode pour future maman il y a plus de dix ans, Cécile Reinaud a vu le marché se métamorphoser. « Il y a effectivement de plus en plus de concurrence, mais elle vient surtout des enseignes de mass market qui proposent désormais presque toutes des basiques pour femme enceinte », détaille Cécile Reinaud. Alors, pour contrer la force de frappe des poids lourds du prêt-à-porter, Séraphine met l’accent sur les robes du soir, la garde-robe professionnelle ou encore une ligne de sportswear. Un vestiaire premium puisqu’une robe se vend aux alentours de 80 euros et une parka de 200 euros.   

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com