×
5 597
Fashion Jobs
BOUTIQUE PETIT BATEAU
CDI - Chef de Produit Senior Cible Enfant H/F - Petit Bateau
CDI · PARIS
PETIT BATEAU
CDI - Analyste Support Applicatif Niveau 2 H/F - Petit Bateau
CDI · PARIS
CARTIER
Responsable Achats & Approvisionnement Parfums
CDI · PARIS
RICHEMONT
Watches Senior Project Manager
CDI · PARIS
GROUPE IKKS
Resp. Développement International E-Commerce H/F
CDI · PARIS - 3ÈME ARRONDISSEMENT
WALA FRANCE, COSMÉTIQUES DR. HAUSCHKA
Spa Manager
CDI · PARIS
ARLETTIE
Senior Account Manager
CDI · PARIS
HERMES FEMME
Responsable de Collection- Chaussures Femme
CDI · PANTIN
PIERRE HERMÉ PARIS
Responsable Ressources Humaines
CDI · VILLEJUIF
SHOWROOMPRIVE.COM
Charge Prevention Des Risques Fraude - H/F CDI
CDI · SAINT-DENIS
ZAPA
Directeur de l'Offre Groupe (H/F)
CDI · PARIS
GROUPE JACQUES BOGART
Responsable International Cosmétiques (H/F)
CDI · PARIS
CABINET BENSON & WINCH
Responsable Des Opérations - Univers Luxe / Haut de Gamme - la Vallée Village
CDI · SERRIS
JUINJUILLET
Education And Retail Academy Director #Directeur de la Formation Internationale (H/F) #Cosmétiques de Luxe
CDI · LEVALLOIS-PERRET
SUD EXPRESS
Responsable Régional(e) Nord Est
CDI · REIMS
CONFIDENTIEL
Responsable Régional Nord-Ouest H/F
CDI · NANTES
IRO
Directeur Communication & Marketing Digital (H/F)
CDI · PARIS
APPROACH PEOPLE
Directeur Developpement Commercial (Agence Digitale) CDI
CDI · LYON
APPROACH PEOPLE
Directeur Developpement Commercial (Agence Digitale) CDI Basé à Lyon
CDI · PARIS
FASHION CONSULTING
Charge de CRM
CDI · PARIS
COURIR
International HR Business Partner - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
GROUPE ARMAND THIERY
Chef de Produit/ Acheteur Textile CDD H/F
CDI · LEVALLOIS-PERRET
Publicités

Seuil de revente à perte : une très lourde facture pour le consommateur

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
today 5 févr. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

(AFP) - L'augmentation du seuil de revente à perte (SRP), décidée par le gouvernement dans le cadre de son projet de loi sur l'alimentation présenté la semaine dernière, coûtera jusqu'à 5 milliards d'euros aux consommateurs, estime lundi UFC-Que Choisir.


Ce projet de loi, qui vise notamment à rémunérer les producteurs agricoles, prévoit un « encadrement » des promotions et le relèvement du SRP de 10 %, c'est-à-dire que les produits devront être vendus par les magasins au moins 10 % au-dessus de leur prix d'achat.

Pour chiffrer les conséquences, UFC-Que Choisir se base sur une « étude d'impact » faite par l'Assemblée nationale : demandée par le gouvernement et longue de 117 pages, elle a été publiée seulement le 30 janvier, la veille de la présentation du projet de loi en conseil des ministres.

L'étude d'impact « ne fait pas apparaître directement le chiffre de 5 milliards : elle exprime cette réalité en pourcentages », explique le président d'UFC-Que Choisir, Alain Bazot, dans un billet publié sur le site de l'association de consommateurs.

« On comprend ce biais de communication: entre 0,7 % et 2 % d'inflation sur les produits alimentaires, cela parle moins que sa traduction en euros sonnants et trébuchants, à savoir entre 1,74 et 4,98 milliards d'euros de surcoûts pour les consommateurs (soit jusqu'à 177 euros par ménage) - et de sur-marge pour les grands groupes, distributeurs en tête », précise Alain Bazot. Un budget qui entrera forcément en concurrence avec d'autres types d'achats pour les consommateurs.

Pour l'association de consommateurs, « si l'impact inflationniste est officialisé, les promoteurs de la mesure, dont la FNSEA, ne sont toujours pas à même de nous expliquer par quel procédé miracle ces sur-marges de la grande  distribution "percoleront" - c'est leur terme - vers les agriculteurs français ».

Quand bien même « les distributeurs achèteraient plus chers les produits alimentaires à leurs fournisseurs industriels, encore faudrait-il que ceux-ci, à nouveau, augmentent d'eux-mêmes leur prix d'achat aux agriculteurs », ajoute l'UFC-Que Choisir. 

Enfin, Alain Bazot rappelle que lors de la dernière période de relèvement du SRP en France (Loi Galland), « l'inflation des produits alimentaires avait été 8 points plus élevée en France que dans les autres pays d'Europe de l'Ouest, tandis que les marges de la grande distribution avaient, elles, augmenté de près de 54 % ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 AFP-Relaxnews.