Simple et sophistiquée, la femme Tod’s défile pour la première fois avec Monsieur

C’est au Pavillon d’Art Contemporain de Milan que Tod’s a convié vendredi, comme d’habitude, ses invités pour dévoiler son prêt-à-porter pour le printemps-été 2019. Avec ses volumineux espaces blancs et ses longues baies vitrées donnant sur le parc de Villa Reale, le lieu était particulièrement bien choisi pour mettre en valeur une collection très réussie, mêlant avec brio l’élégance à la fois raffinée et décontractée des vêtements et le savoir-faire italien, où le cuir joue la vedette.
 
Voir le défilé
La robe-polo revisitée en cuir par Tod's - © PixelFormula

Hormis quelques très rares pièces en coton, disséminées ici et là, l’ensemble de la collection est réalisé à 100 % en cuir, dans des peaux précieuses déclinées sous toutes les formes et travaillées dans toutes les techniques possibles, y compris au crochet ! Même le collier-foulard noué autour du cou, qui ajoute une touche chic et désinvolte, est fabriqué dans cette matière.
 
La veste en python se porte sur un pantalon en cuir crème au bords retroussés. Un ensemble chemise et pantalon coulissé beige, en agneau nappa ultra-souple, ressemble à s’y méprendre à une toile de coton. Un trench en cuir chocolat zippé a des allures de robe. Une jupe en peau brillante se fend sur le devant.
 
Parmi les pièces les plus belles, cette robe-polo rose nouée par un nœud dans le dos comme un foulard séduit par sa simplicité alors qu’elle est entièrement réalisée en peau d’agneau plongée avec un touché doux et aérien. A noter aussi les robes bleu Klein fluides, qui glissent sur le corps ou les jupes frangées blanches. Des shorts en nappa aux pantalons en daim, en passant par les blousons à rayures, composés de bandes de peaux aux différentes tonalités, il y en a pour tous les goûts.
 
Tod's exalte le cuir pour l'été prochain - © PixelFormula

Il est vraiment dommage que le prêt-à-porter de Tod’s ne soit pas davantage valorisé. Seules quelques pièces arrivent en effet en boutique, la maison italienne préférant mettre l’accent sur sacs et souliers, son cœur de métier.
 
C’est Vanessa D’Amico qui est aux commandes des collections féminines depuis quatre saisons. Arrivée chez Tod’s début 2013 comme assistante d'Alessandra Fachinetti, la directrice artistique de l’époque, la designer, française par sa mère et sicilienne par son père, a pris les rênes de l’équipe créative. « J’adore travailler la peau comme si c’était du tissu. Je suis aidée en cela par des artisans fantastiques », nous confie-t-elle en backstage.
 
Pour la première fois, la collection féminine a défilé aux côtés de celle masculine, avec une trentaine de silhouettes pour la première et 11 pour la seconde. C’est un homme transversal oscillant entre mises classiques et casual qu’a dessiné Andrea Incontri, directeur créatif des collections masculines de Tod’s depuis juin 2014.
Voir le défilé
L'homme Tod's pour le printemps-été 2019 - © PixelFormula

« C’est un vestiaire très français, à la fois simple et élégant. J’ai cru que c’était fait pour moi ! C’est vraiment superbe », commente en plaisantant l’acteur Pierre Niney, venu en ami de la maison féliciter le créateur en backstage. « C’est une collection conçue pour un homme qui souhaite exprimer sa propre personnalité et raconter son histoire », souligne Andrea Incontri. Un homme qui alterne avec la même facilité les costumes en lin ou en daim, le blouson en jean ou la veste preppy galonnée.

Une collection masculine parfaitement en ligne avec la boutique que Tod's vient d'inaugurer à Londres, sur Sloane Street, sous la forme d'un appartement avec son salon et son bar. Ce nouveau concept d'aménagement, au design léché tout en marbres et velours dans une palette chaude, a été conçu par l'architecte française d’origine irano-égyptienne India Mahdavi. Il sera dévoilé aussi par la suite à Paris et New York.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER