×
Publicités
Par
AFP
Publié le
4 sept. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

SMCP dans le rouge au premier semestre à cause du Covid

Par
AFP
Publié le
4 sept. 2020

Paris, le 4 sept. 2020 (AFP) - Le groupe SMCP, maison-mère des marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, a annoncé vendredi être tombé dans le rouge au premier semestre à cause de la crise du Covid-19 et a mis en place "des mesures fortes" de réduction des coûts.


Sandro



"Nos résultats ont été fortement impactés par la pandémie du Covid-19", explique Daniel Lalonde, directeur général de SMCP, dans un communiqué. "C'est pourquoi, nous avons mis en place des mesures fortes pour en atténuer les effets: réduction des coûts opérationnels et des investissements, renforcement de la trésorerie et ajustement des collections".

Sur le premier semestre, le groupe affiche une perte de 88,5 millions d'euros, contre un résultat net part du groupe positif l'année précédente (+17,2 millions d'euros au premier semestre 2019). Elle s'explique, outre l'impact du Covid sur les ventes, par une dépréciation d'actifs de 42,6 millions d'euros "du Goodwill" de la division autres marques, celles acquises le plus récemment, Claudie Pierlot et de Fursac.

Sur le premier semestre 2020, le chiffre d'affaires consolidé a atteint 372,8 millions d'euros, en baisse de 31% en données publiées. Si le groupe dit avoir "enregistré des taux de conversion solides" au cours du semestre et avoir "partiellement compensé l'impact de la crise par une bonne performance du e-commerce (+15,0% de croissance des ventes)", il a souffert du confinement et de l'"arrêt des flux touristiques dans l'ensemble des régions".

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a chuté de près de 64% sur le semestre, de 141 millions d'euros en 2019 à 55,1 millions d'euros sur les six premiers mois de 2020, "dans un contexte de crise sanitaire sans précédent". Le groupe explique cette chute, outre la baisse des ventes, par une baisse de la marge brute liée à un "marché très promotionnel" et dans une moindre mesure, par des "dépréciations de stocks".

L'entreprise, dont l'actionnaire majoritaire est Topsoho, société détenue par le chinois Shandong Ruyi, a compensé partiellement en renégociant ses baux commerciaux, ayant recours au chômage partiel, à "une gestion stricte de ses effectifs" et à "l'optimisation des frais généraux et administratifs (masse salariale, dépenses discrétionnaires...)".

"Grâce à ses solides fondamentaux", le groupe qui a obtenu fin juin un prêt garanti par l'Etat (PGE) de 140 millions d'euros, "est aujourd'hui bien armé pour faire face à cette période troublée", estime le directeur général Daniel Lalonde, avec "un portefeuille de marques géographiquement bien équilibré, une position forte dans le e-commerce et une organisation agile". SMCP effectuera un point stratégique le 27 octobre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.