×

SMCP : l'international grandit mais la France patine

Publié le
29 janv. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La maison mère de Sandro, Maje, Claudie Pierlot et De Fursac annonce un chiffre d'affaires 2019 de 1,131 milliard d'euros, en progression de 8,7 % à taux de change et périmètre constants par rapport à 2018.


Le groupe a ouvert 90 points de vente en 2019, dont la moité sur la zone Asie-Pacifique. - DR


Le groupe dirigé par Daniel Lalonde affiche en données publiées une hausse de 11,3 % de ses ventes annuelles mondiales, grâce "à un effet de change positif de +1,3 % et la contribution de la marque De Fursac à hauteur de +1,2 % qui est consolidée depuis le mois de septembre 2019".

"En 2019, grâce à la force de nos marques, de nos équipes et de notre business model, nous avons enregistré une croissance solide malgré des conditions de marché de plus en plus difficiles, notamment en région parisienne et à Hong Kong, explique le dirigeant. Tandis que Sandro et Maje ont connu une nouvelle année de forte croissance à deux chiffres, Claudie Pierlot a amorcé sa transition pour devenir une marque mondiale. En 2019, nous avons poursuivi le déploiement de notre feuille de route avec le renforcement de notre plateforme en Chine, le développement des accessoires, l’enrichissement de l’expérience client omnicanale, et la mise en place des fondations d’une politique de développement durable solide."

En "like for like", l'activité du groupe n'a pas progressé en 2019



Le groupe précise toutefois que son activité "like for like", qui n'intègre pas l'évolution du périmètre, les ouvertures de boutiques et la modification de sa fréquence d'introduction de nouveaux produits, est stable (-0,1%).


SMCP geo 2019
Infogram

Surtout SMCP souligne avoir souffert de l'impact sur ses ventes des mouvements de contestation à Hong Kong et des manifestations et grèves en France. Dans l'Hexagone, à périmètre et taux de change constants, ses ventes ont reculé de 0,7 %, son chiffre d'affaires se fixant à moins de 385 millions d'euros. Sur le reste de l'Europe, les ventes augmentent de 9,8 %. La principale croissance vient de la zone Asie-Pacifique où le groupe progresse de plus de 25 % à 259 millions d'euros. L'Amérique, avec 150 millions d'euros, avance de 6,7 %.

Pourtant, au quatrième trimestre - alors que la situation à Hong Kong lui avait fait publié son premier avertissement sur résultats, avant même le début des grèves en France - le groupe est parvenu à limiter la casse grâce à un coup de pouce du marché chinois plus dynamique encore sur ces trois mois que le reste de l'année (+30%), et ainsi à dégager une croissance à taux de change et périmètre constants de 9,6% et une "amélioration séquentielle" de sa croissance "like for like". Le groupe espère s'inscrire début 2020 dans cette meilleure dynamique, tout en améliorant bien sûr sa performance française, très affectée au mois de décembre.



Côté marques, Sandro, avec 550 millions d'euros réalisés sur l'exercice 2019, progresse de 8,7 % et Maje affiche une hausse de ses ventes à périmètre et taux de change comparables de près de 10,9 % à 439 millions d'euros.

Les autres marques - Claudie Pierlot et De Fursac, dont les résultats sont déclarés ensemble depuis l'intégration de cette dernière en septembre - ont une progression plus modeste de 3 % à 142 millions d'euros.

Le groupe précise que "2019 aura également été marquée par une nouvelle progression du chiffre d’affaires e-commerce, les ventes en ligne représentant désormais 14,9 % du chiffre d’affaires total du groupe (soit +20 points de base par rapport à 2018). En parallèle, les accessoires ont affiché une progression forte de +18,4 %, principalement tirés par Maje et Claudie Pierlot". Si l'accessoire a fonctionné chez Claudie Pierlot, c'est donc bien sa catégorie prêt-à-porter qui semble avoir été à la peine en 2019.

Le groupe détenu majoritairement par le Chinois Shandong Ruyi annonce un objectif de marge d'Ebitda compris entre 15,5 % et 16 %, comme indiqué lors de la révision à la baisse intervenue début décembre. Les résultats annuels seront détaillés le 25 mars, et Daniel Lalonde présentera sa feuille de route aux investisseurs le 2 avril 2020.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com