×
Publié le
30 août 2010
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Soldes flottants: une innovation de la loi LME sur le gril

Publié le
30 août 2010

Déjà évoquée dans FashionMag.com (le 18 août dernier), la réunion sur les soldes flottants aura bien lieu, à Bercy, autour du secrétaire d'Etat au Commerce Hervé Novelli. Celle-ci a été fixée au 14 septembre. Hier 30 août, nombre de représentants d'organisations professionnelles n'avaient pas encore reçu leur invitation.


Photo : AFP

Pour autant, le sujet fait vraiment débat puisqu'une table ronde sur les soldes flottants se tient aussi à Prêt-à-Porter Paris, le lundi 6 septembre Hall 7.2 Porte de Versailles à l'espace défilé (de 13h30 à 14h45). Elle rassemblera Jean-Pierre Mocho, Président de la Fédération Française du prêt-à-porter féminin, Patrick Aboukrat de l'enseigne parisienne Abou d'Ab Bazar, Robert Brehon, Président de UFC-Que Choisir du Nord et administrateur national, Jean-Pierre Fabre, Président de la fédération nationale des détaillants en chaussures de France, et Charles Melcer, Président de la fédération nationale de l'habillement.

Introduits dans la Loi de modernisation économique, les soldes flottants ne semblent pas avoir fait l'unanimité. Après trois expériences, la fédération nationale de l'habillement est toujours contre. "Les consommateurs ne peuvent pas dépenser deux fois leur argent, souligne Charles Melcer. S'ils achètent pendant les soldes flottants, ils n'achètent pas plein pot". Et la fédération des enseignes de l'habillement (succursalistes) ne semble pas y être vraiment favorable non plus. "Les soldes ont une justification économique mais, en fin de saison, pour les soldes saisonniers, au moment où il faut dégager du stock, souligne Jean-Marc Génis, président exécutif de La FEH. Le reste du temps, les produits ont une durée de vie de 6 à 8 semaines. Aujourd'hui, nous disposons, hors soldes flottants, d'un attirail déjà suffisant pour organiser des promotions s'il le faut. Et puis, pour une chaîne de plusieurs centaines de magasins, c'est une énorme organisation à mettre en place pour seulement une semaine".

Claude Boulle, Président exécutif de l'Union du Grand commerce de centre ville (grands magasins) ne se prononce pas, encore dans l'attente des résultats d'une enquête auprès de ses adhérents. Certains déjà n'en font pas, comme Le Bon Marché à Paris. Selon Charles Melcer, Jean-François Copé, Président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, a d'ailleurs laissé entendre que certains points de la Loi LME pourraient être rediscutés s'il le fallait. Après le prochain remaniement ministériel?

Jean-Paul Leroy

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com