×
Publicités
Publié le
13 oct. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Soöruz récompensée pour ses combinaisons de surf responsables

Publié le
13 oct. 2020

La marque de surf rochelaise, fondée en 1999 par Yann Dalibot et Matthieu Barat, voit sa démarche écoresponsable engagée depuis 2013 récompensée par l’industrie. Le label indépendant a reçu le prix de l’innovation remis par les clusters Eurosima, dédié aux sports de glisse, et Outdoor Sports Valley, pour les sports de plein air.


Soöruz



Dans le cadre d’un appel à projet innovation, les deux structures avaient sélectionné quatre finalistes. Soöruz s’est démarquée avec son travail de longue haleine pour rendre plus écoresponsables les combinaisons de surf. Engagé de longue date dans cette démarche, le label a accéléré ces dernières années sa stratégie et propose aujourd’hui quelque 50% de produits plus responsables.

La marque a en particulier développé, après deux années de recherches, un procédé remplaçant le calcaire industriel utilisé dans la composition des mousses à partir desquelles sont réalisées les combinaison par un assemblage de calcaire d'huitre. La marque a ainsi lancé des produits avec deux procédés le Biöprène  qui est un assemblage de calcaire d’huître, d’hévéa, de déchets de cannes à sucre et de graines non-comestibles bio et  l'Oysterprène, composée de calcaire d'’huître, de Limestone et du pneu recyclé.

« Nous avons travaillé sur toute l’organisation de la société et sur le cycle de vie complet des produits, explique explique Yann Dalibot, Nous avons eu l’idée d’introduire la coquille d’huîtres qui est du calcaire renouvelable dans la composition des combinaisons. Nous avons essayé de remplacer le Limestone (calcaire) issu des mines, très énergivore lors de l’extraction et de l’exploitation, par une matière équivalente renouvelable issue de déchets. »
 

Présentation de la stratégie écoresponsable de Soöruz


L'approche a donc été récompensée par le prix Eurosima-OSV qui s'accompagne d'un chèque de 5.000 euros. Mais l'implication va au-delà pour la marque qui exploite les chutes de productions de ses combinaisons pour créer des petits objets comme des porte clés. Elle travaille aussi sur leur seconde vie après avoir développé une machine de recyclage. Celle-ci broie les combinaisons usagées afin d'en faire des granulés de néoprènes qui peuvent être utilisé comme matériau de rembourrage pour différentes industries. La marque entend ainsi recycler 20.000 combinaisons en 2021 et le double ne 2022.

Les trois autres finalistes de l'appel à candidature de l'Eurosima étaient Winklecard avec son service d’assurance de casse de planches de surf, windsurf, kitesurf, wakeboard et SUP,  Captain Wild qui est une agence de voyages dédiée aux sports outdoor qui propose des expériences de pleine nature en collaboration avec les marques et enfin Ermance Tech qui a commercialisé un drone de secours côtier.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com