×
Publicités
Publié le
8 févr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sourcing: l'IFM décrypte l'évolution des exportations mondiales de textile-habillement sur deux décennies

Publié le
8 févr. 2022

Dans le cadre de la Chaire IFM x Première Vision, l'Institut français de la mode a dévoilé le 8 février son analyse des dernières évolutions du sourcing mondial du textile-habillement. Il a aussi livré un regard sur deux décennies qui ont durablement transformé la cartographie des approvisionnements, sous le regard d'une Chine s'étant rendue incontournable.


Marché mondial des exportations d'habillement - Chaire IFM x Première Vision


Les exportations mondiales d'habillement ont connu de 2002 à 2020 une croissance annuelle moyenne de 4,5%, passant de 204 à 449 milliards de dollars. La décennie 2010 montre cependant des signes de ralentissement de la croissance, avec une progression moyenne ramenée à 0,8% entre 2011 et 2020.

De même, la part de marché de la Chine, qui de 20% en 2002 est allée jusqu'à peser 39% des exportations en 2015, voit depuis sa position régresser. L'empire du Milieu a ainsi représenté 31-32% du marché sur les exercices 2018, 2019 et 2020.

"Ce basculement intervenu il y a dix ans correspond à la crise des subprimes, mais aussi au moment où le pays se désengage en partie de l'habillement pour investir massivement dans le textile, explique Gildas Minvielle, directeur de l'Observatoire économique de l'IFM. C'est aussi un moment où la Chine commence à se tourner vers son marché intérieur."

La situation est partiellement similaire du côté des exportations textiles, qui ont progressé en moyenne chaque année de 4,3% depuis 2002, croissant de 154 à 328 milliards de dollars. Une hausse annuelle moyenne qui se limite cependant à 1,2% depuis 2011.

Dans ce domaine, la Chine n'a jamais cessé de grignoter des parts de marché. De 13% en 2002, elle atteignait 32% en 2011. Et après avoir atteint les 39% en 2019, elle a même connu un pic à 44% durant l'année 2020. Une croissance à mettre sur le compte des masques sanitaires et blouses médicales, comptabilisés dans les exportations textiles.

Au final, la Chine a donc vu ses exportations d'habillement passer de 41 milliards de dollars en 2002 à 142 milliards en 2020, soit une progression moyenne de 7%. Mais cette période a également profité à d'autres, comme le Vietnam (passé de 3 à 28 milliards de dollars), le Bangladesh (5 à 27 milliards), la Turquie (8 à 15 milliards), ou la Malaisie (2 à 10 milliards). Sans oublier le Royaume-Uni et l'Indonésie, tous deux passés de 4 à 8 milliards.


Evolution du découpage des importations européennes d'habillement - Chaire IFM x Première Vision


Dans le même temps, les pays de l'Union européenne ont vu leurs exportations d'habillement hors UE passer de 17 à 18 milliards d'euros. "Donc nous voyons clairement qu'il y a hausse de l'activité européenne, et ceci malgré des coûts salariaux élevés", souligne Gildas Minvielle. "C'est notamment lié au fait qu'il s'agit souvent de produits haut de gamme, et parce que des chaînes spécialisées européennes doivent alimenter leurs magasins hors UE."

Quels pays d'approvisionnement sur l'exercice 2021?



En se basant sur les chiffres d'Eurostat, Gildas Minvielle s'est par ailleurs penché sur les estimations d'importations européennes d'habillement sur l'exercice 2021. Celles-ci s'inscrivent en progression de 1,1% en valeur, à 69,2 milliards d'euros, et en hausse de 3,8% en volume.

Des estimations qui montrent au sein des commandes une stabilité du leader chinois, en retrait de 0,2 % à 20,7 milliards d'euros, devant le Bangladesh avec 13,3 milliards (+8,3%), la Turquie à 9 milliards (+12,7%) et l'Inde avec 3,2 milliards d'euros (+10,6%). Parmi les faits notables figure la chute de 8,9% des commandes d'habillement passées au Cambodge.

Mais la dégringolade la plus spectaculaire, avec -60,5% à 1,6 milliard d'euros, est le fait du Royaume-Uni. Pour Gildas Minvielle, il faut notamment y voir l'impact très fort du Covid-19 dans le pays, mais aussi un effet d'anticipation face aux conséquences attendues du Brexit. La situation a d'ailleurs été dénoncée en novembre par la confédération européenne de l'industrie textile Euratex, qui taclait les effets "perdants-perdants" du Brexit pour la filière.


Estimation des importations européennes d'habillement en 2021,comparée aux deux exercices précédents - Chaire IFM x Première Vision


L'année 2021 est également marquée par le recul de 22,6% des exportations d'habillement de la Birmanie vers l'UE. Le pays d'Asie du Sud-Est a été secoué par un coup d'Etat militaire ayant un temps interrompu l'activité industrielle, puis causé des annulations de commandes de la part des donneurs d'ordres occidentaux. Une situation qui n'empêche pas le pays d'être passé entre 2005 et 2021 du 26e au 11e rang des fournisseurs de l'UE en habillement.

D'autre part, "ce qui était au départ une bonne résistance des pays Euromed (Turquie, Maroc et Tunisie, ndlr) est maintenant devenue une importante prise de parts de marché", relève par ailleurs Gildas Minvielle. Il pointe entre 2020 et 2021 une hausse de 13,4% des commandes européennes d'habillement sur la zone, là où les commandes asiatiques n'évoluent que de +2,4%. "Le fait que les donneurs d'ordres se tournent de plus en plus vers les commandes à moyen terme (entre six mois et le début de la saison, ndlr) profite à ces pays, dont la part était encore en 2002 similaire à celle des pays d'Asie (hors-Chine et Hong Kong)".

Au classement des pays fournisseurs de l'UE sur les vingt dernières années, d'autre pays affichent des ascensions rapides. L'Albanie est ainsi progressivement passée du 29e au 16e rang des fournisseurs de l'UE. Progression de 13 places qui se rapproche de celle de la Serbie, qui en a gagné douze, pour devenir en 2021 le 18e fournisseur de l'Europe en habillement. Plus lointain, le Laos se fait également remarquer, étant passé depuis 2015 de la 33e à la 24e place.

Mais le classement a connu également des chutes. La Thaïlande, qui était 10e en 2005, n'est ainsi plus que 17e. Tandis que l'Ukraine, un temps eldorado de la production européenne d'habillement, a pour sa part reculé de la 14e à la 20e place.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com