×
Publicités
Publié le
28 oct. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sourcing: les marques maintiennent leurs fournisseurs sous pression

Publié le
28 oct. 2020

Les industriels du textile-habillement ont dû depuis mars affronter des annulations rétroactives de commandes de la part des marques, sans contreparties, même quand les productions étaient déjà engagées. Sept mois plus tard, les marques sont progressivement revenues vers leurs fournisseurs et n'hésitent pas à demander à ces mêmes fournisseurs des réductions de prix significativement plus importantes que l’an passé, selon une étude menée par le Center for Global Worker’s Rights (CGWR).


CGWR



L’étude a été menée auprès de 75 fournisseurs textiles situés au Bangladesh, Cambodge, Inde, Vietnam, Pakistan, Birmanie, Mexique et autres, dont plus de la moitié compte des effectifs dépassant les 750 personnes. Parmi ces fabricants, 65% font ainsi état de marques réclamant des remises plus importantes encore que celles accordées par le passé. En moyenne, les donneurs d’ordres exigent des chutes de prix de 12% par rapport à l’an passé. Quelque 56% des fabricants ont ainsi dû se résoudre à abandonner leurs marges. Notamment parce que 52% des fournisseurs n’ont pas encore retrouvé la moitié de leur volume normal de commandes.

Les industriels doivent par ailleurs faire face à un recul des délais de paiement. Avant la pandémie, seuls 34% des acheteurs mettaient plus de 60 jours à payer après les expéditions. Ce sont désormais 66% des donneurs d’ordres qui ont adopté cette pratique. Par ailleurs, si les paiements à 120 jours ou plus étaient très rares avant la crise, cette pratique serait désormais imposée par une marque sur quatre.

Amplitudes horaires réduites



Des exigences qui se heurtent à la réalité des entreprises de l’amont. Face aux nouvelles habitudes de commandes des marques, quelque 75% des fabricants interrogés ont dû réduire l’amplitude horaire de leurs équipes. A ceci s’ajoute le fait que ces entreprises ont en moyenne dû renvoyer 10% de leurs employés et estiment que cette part pourrait être portée à 35% si les tendances actuelles se poursuivent.

A défaut de pouvoir compter sur le soutien des marques en termes de volumes de commandes, les fabricants peuvent-ils néanmoins compter sur une flexibilité en termes de délais ? Non, selon 51% de fabricants qui, s’ils témoignent d’une certaine flexibilité des marques sur les délais, jugent celle-ci encore trop limitée face leur situation réelle. En effet, pour 34% d'entre eux, la distanciation sociale imposée dans les unités de production ne peut être appliquée sans impliquer des délais supplémentaires.


CGWR


Autant de constats qui amènent 57% des fabricants à estimer que, faute de changement de paradigme dans l’attitude des donneurs d’ordres, ils vont probablement ou très probablement devoir mettre la clef sous la porte. 

“Pour toutes ces raisons, il est d'une importance vitale que les marques repensent et révisent ces pratiques d'achat défavorables liées à la pandémie”, estime le Center for Global Worker’s Rights. “Faute de quoi les gains à court terme que tirent les marques de ces pratiques se transformeront en coûts supplémentaires à long terme. La raison en est que les chaînes d'approvisionnement nécessaires pour soutenir l'industrie seront confrontées à un stress si exorbitant qu'elles risquent de ne jamais se rétablir complètement”. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com