Sport 2000 France : le bras de fer continue

Révélée en juillet, la crise qui couve entre l'investisseur et les propriétaires de magasins se poursuit au sein du groupement Sport 2000 en France. Le fonds Activa Capital, qui détient 52 % du capital de la centrale d’achat d’articles sportifs, a évincé le mois dernier les membres du conseil d’administration qui sont adhérents du groupement (et donc gestionnaires de magasins) pour les remplacer par des membres du fonds afin d'en prendre le contrôle. Les deux parties ne s’étaient pas entendues sur le montant fixé et les modalités de remboursement pour que les adhérents rachètent leurs parts et ainsi qu’Activa se désengage, comme cela était prévu depuis début 2018. Le 16 août, les commerçants du groupement ont formulé une nouvelle offre de rachat, comme nous l’explique Thierry Lavigne, l’ancien directeur du conseil d’administration congédié.


Le magasin de Voiron, l'une des 600 adresses françaises du réseau. - Sport 2000

« Cette fois, l’offre soumise à Activa Capital, dont nous ne dévoilons pas le montant, est financée grâce au soutien d’un partenaire bancaire, expose-t-il. Nous attendons une réponse officielle ». Dans le même temps, ces adhérents ont lancé une procédure en référé au tribunal de commerce d’Evry, dont l’audience a été fixée au 29 août : ils contestent leur éviction du conseil et invoquent le motif d’abus de majorité.

En outre, un nouveau président aurait été nommé par Activa en la personne de Frédéric Poux, ex-PDG du groupe Afflelou. Une information communiquée par Thierry Lavigne, qui décrit le dirigeant comme un spécialiste de la franchise et du LBO : « Nous pensons que la volonté d’Activa est d’emmener Sport 2000 vers le modèle de la franchise et nous ne le souhaitons pas ». Le fonds d’investissement n’a pas répondu à nos sollicitations.  

Un premier accord concernant un rachat par les membres du groupement avait été signé en janvier 2018 entre les adhérents et le fonds Activa Capital, après que, pendant deux ans, ce dernier a vu « défiler de nombreux potentiels acquéreurs extérieurs, qui n’ont à chaque fois pas donné suite », affirme Thierry Lavigne. Entré en 2008 au capital de la centrale, Activa Capital était devenu majoritaire en 2010. 

« Activa a déterré la hache de guerre, nous ne l’enterrerons pas », promet Thierry Lavigne. L’issue du dossier paraît incertaine et semée d’embûches, puisque celui qui dirige cinq magasins Sport 2000 dans le Sud-Ouest redoute que l’offre formulée n’ait d’ores et déjà été rejetée. Le réseau Sport 2000 compte dans l’Hexagone 600 magasins employant près de 4 000 personnes, pour un chiffre d’affaires de 625 millions d’euros dégagé en 2017.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

SportDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER