×
Publicités
Publié le
10 oct. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Stefano Ricci fête ses 50 ans avec faste en Egypte

Publié le
10 oct. 2022

Stefano Ricci a célébré son cinquantenaire avec un défilé mémorable dimanche soir en Egypte. La maison florentine, spécialisée dans l’habillement masculin très haut de gamme, a choisi pour décor rien moins que le temple d'Hatchepsout, en périphérie de la ville de Louxor, l’un des mieux conservés avec son majestueux portique, adossé à une chaîne de falaises en calcaire dominant le site de Deir el-Bahari. Pour cet événement, elle a réuni quelque 400 invités.

Des tenues de soirée ouvrent le défilé anniversaire de Stefano Ricci - ph Dominique Muret

   
C’est la toute première fois qu’un tel défilé est organisé dans cette ville. Le fondateur Stefano Ricci avait du mal à cacher son émotion. "Cette nuit est vraiment très spéciale pour moi. Je suis tombé amoureux de Louxor il y a vingt-cinq ans. Quand j’ai visité ce temple pour la première fois, j’ai tout de suite pensé que j’aurais rêvé d’y faire un défilé. Et ce soir, le rêve est devenu réalité", dit-il dans un grand sourire.

Il y a exactement un demi-siècle, en octobre 1972, l'homme a fondé avec sa femme Claudia un petit laboratoire de cravates devenu au fil des ans une marque de prêt-à-porter pour homme ultra-luxueuse, 100% Made in Italy, épaulé depuis plus de quinze ans par ses deux fils, Filippo, directeur créatif, et Niccolo, en tant que directeur général.

C’est le ténor italien Andrea Bocelli, ami de longue date de l’entrepreneur, qui ouvre la soirée, dans un élégant complet blanc, entonnant un air d’Aida, l’opéra de Verdi, qui se déroule en Egypte. Dans la foulée, les premiers mannequins commencent à descendre le grand escalier du temple avec en toile de fond les vingt-cinq statues géantes de la reine Hatchepsout sculptée sous des traits masculins car devenue pharaon. Un décor et une scénographie très cinématographiques, qui ne sont pas sans rappeler les péplums de l’âge d’or hollywoodien.
 
Le show frappe fort dès le début avec d'entrée une série de superbes tenues de soirée, à commencer par trois premiers looks étincelants, composés de pantalons noirs et de somptueuses vestes tissées à partir de fils de soie dorés. Suivent smokings, blazers croisés et vestes à deux boutons dorés, taillés dans des brocarts aux reflets bleutés ou cuivrés scintillants.
 
L'influence orientale se fait sentir dans les vestes longues de maharadjah, mais aussi dans les jacquards inspirés de l'Egypte antique. "C’est une collection de célébration, mais il ne s’agit pas d’une rétrospective. Ce sont les modèles du printemps-été 2023 et la plupart seront réalisés sur mesure en édition limitée", nous explique Filippo Ricci. Tous les modèles ont été tissés dans des soies mélangées auprès de l’Antico Setificio Fiorentino, acquis par la famille Ricci en 2010, l'une des plus anciennes soieries d’Europe, située à Florence.

Le défilé avec en toile de fond le temple d'Hatchepsout, près de Louxor - ph Dominique Muret

  
Le défilé se poursuit avec des ensembles en total look blanc à boutons dorés, puis une série de costumes trois pièces colorés avec chaussures assorties (rouge, vert sauge, jaune, rouille, etc.) portés avec des chemises à rayures. Une autre série de vestes et tenues déclinées en bleu roi laisse place ensuite aux chemises fantaisie en soie imprimée, baptisées Mandela et Madiba, du nom du légendaire client qui les a rendues célèbres. Stefano Ricci habille depuis toujours plusieurs présidents dans le monde, dont par le passé Nelson Mandela fut certainement le plus connu.
 
Entre-temps, deux intermèdes musicaux s’insèrent dans ce show fleuve de quatre-vingt-dix silhouettes, avec Andrea Bocelli chantant en duo avec son fils Matteo, et la soprano italo-suédoise Susanna Rigacci, qui s’exhibe dans un extrait de la musique de film Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone, composée par Ennio Morricone, avec qui elle a longuement travaillé.
 
Le show se termine avec des vêtements plus décontractés comme ces ensembles en maille blanche ultra-douce avec tricots et cardigans ajourés, sweaters en cachemire, pullovers à maille tressée et survêtements brodés. Dans cette garde-robe pour milliardaires ne manquent pas non plus les vestes en veau velours et les blousons en crocodile, tandis que neuf looks élégants et sportifs en costumes de toile kaki ou beige à doublure bleu roi clôturent le défilé, avec chapeau en cuir à la Indiana Jones, pour une dernière touche cinématographique.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com