×
6 655
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Stéphane Collaert et Thierry Le Guénic, repreneurs en série d’entreprises de mode à relancer

Publié le
today 22 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

C’est un duo qui s'impose sur le front de la mode. Thierry le Guénic et Stéphane Collaert constituent un véritable groupe au fil des rachats d’entreprises qui, pour la plupart, sont en difficultés et nécessitent une forte remise en question. C’est ainsi qu’après avoir déjà acquis des mains de Vivarte les marques de prêt-à-porter masculin Chevignon et l’enseigne de souliers Cosmoparis, les deux hommes sont en passe d’ajouter la chaîne de chaussures San Marina et ses 218 magasins à leur escarcelle (épaulés du groupe Log’s).


Stéphane Collaert et Thierry Le Guénic - FNW/CD


Le communiqué de presse de Vivarte annonçant ce rachat signale que le duo poursuit là une « stratégie d'acquisition de marques iconiques françaises, qui se distinguent par des identités et des savoir-faire singuliers ». Des entreprises qui connaissent également un déclin et doivent être ravivées. Ce qu’ils comptent faire avec Chevignon, épaulés du groupe Royer : « Sur un segment moyen de gamme, il y a de la concurrence avec d’autres acteurs français mais sur le premium, non. Nos concurrents seront plutôt américains, comme Tommy Hilfiger ou Ralph Lauren », confiait à FashionNetwork.com Stéphane Collaert en mai dernier, détaillant leur stratégie.

Cette année, les deux patrons ont également mis la main avec les fonds Isalys et SIG sur la marque de lingerie Maison Lejaby, cédée par le fonds Impala. Une griffe haut de gamme à l’image affirmée mais qui a subi divers crises de rentabilité et d’identité ces dernières années. Peu d’informations filtrent encore sur leur vision pour Maison Lejaby, mis à part une volonté de développer le réseau de boutiques.

Pas de précisions du tout au sujet de la prochaine acquisition que sera San Marina. Que va-t-il advenir de ce parc dont de nombreuses unités sont déficitaires et dont les ventes ont chuté de 9 % l’an dernier ? Contacté par FashionNetwork.com, le duo n'a pas souhaité commenter cette actualité.

Si Stéphane Collaert et Thierry Le Guénic sont rejoints dans leur stratégie par des acteurs tiers (financiers ou opérationnels), le groupe Royer pour Chevignon ou Log’s, dans le cas San Marina, ce sont des propriétaires qui endossent également le rôle de managers des actifs dans lesquels ils investissent, puisque l’un des deux – ou les deux – porte à chaque fois la casquette de directeur général.

Ce tandem d’amis, diplômés de l’université Paris Dauphine, a évolué dans la sphère de la mode et de la distribution depuis maintes années, toujours au service de marques mais pas à leur compte jusqu’à il y a peu. Stéphane Collaert est un spécialiste du redressement d’entreprises, il a travaillé chez Lamarthe, Renaissance Luxury Group, Texier ou Pataugas et fondé son cabinet de conseil en 2014. Thierry Le Guénic a quant lui été directeur général des costumes Smalto entre 2008 et 2014, puis de la maison Vanessa Bruno de 2014 à 2016.

C'est sur le long terme, et en constatant la pérennisation des marques acquises que l'on pourra évaluer l'ambition et les éventuels succès de ces deux entrepreneurs, enthousiastes, sur un secteur de la mode milieu de gamme plutôt en souffrance. Un contexte économique qui fournit de belles opportunités de rachat donc, mais aussi des défis de relance parfois ardus.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com