×
Publicités

Suisse: la pandémie va être plus difficile que la crise financière pour l'horlogerie

Par
AFP
Publié le
28 mai 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Zurich, 27 mai 2020 (AFP) - La pandémie de Covid-19 va être "plus difficile" à traverser que la crise financière pour l'industrie horlogère suisse, a estimé mercredi le président de la fédération horlogère, après une chute sans précédent des exportations en avril.


AFP



En avril, les exportations de montres suisses ont dégringolé de 81,3% par rapport à avril 2019, se limitant à 328,8 millions de francs suisses (308,1 millions d'euros), après une baisse généralisée des ventes sur les grands marchés à l'exception de la Chine, selon les relevés de la fédération horlogère.

"Le chiffre est impressionnant mais pas surprenant", a déclaré Jean-Daniel Pasche, le président de la fédération horlogère, lors d'un entretien avec l'AFP.

"Le tourisme a été interrompu, de nombreuses entreprises horlogères ont dû arrêter la production et beaucoup de boutiques étaient fermées", a-t-il commenté, expliquant qu'il s'attendait en conséquence "à ce que le mois d'avril soit mauvais".

Dans le détail, les exportations horlogères ont dégringolé de 83,2% vers Hong Kong, le marché qui fait office de porte d'entrée de l'Asie pour les fabricants de montres suisses, et de 86,4% vers les Etats-Unis, le deuxième plus gros marché horloger au niveau mondial.

Elles se sont également effondrées sur les grands marchés européens, la baisse se chiffrant à 96,4% pour le Royaume-Uni, à 82,1% pour l'Allemagne et à 94,3% pour la France.

Face à ces chutes d'une ampleur exceptionnelle, la Chine a fait figure d'exception, le repli se limitant à 16,1%.

Le mois de mai va être "moins mauvais" avec le redémarrage progressif de l'activité économique, a jugé le patron de la fédération horlogère.

"On espère que cela va repartir", a-til confié. Mais il s'attend clairement à ce que 2020 soit une année négative pour l'horlogerie suisse, sans toutefois pouvoir à ce stade prévoir l'ampleur de la baisse.

En 2009, l'horlogerie suisse avait connu un trou d'air en raison de la crise financière, mais la demande avait rapidement repris grâce à l'essor économique de l'Asie, en particulier de la Chine, qui avait fait exploser la demande pour les produits de luxe.

"Cette crise va être plus difficile que la crise financière", a cependant jugé le président de la fédération horlogère.

Le mois d'avril 2020 a été "le pire" jamais enregistré par l'horlogerie, a estimé de son côté René Weber, analyste chez Vontobel, dans un commentaire boursier. S'il s'attend à un redémarrage au cours des prochains mois, les exportations horlogères devraient encore enregistrer une baisse de l'ordre de -40 à -50% en mai, selon ses estimations.

En avril, l'analyste avait déjà dit s'attendre à ce que l'horlogerie suisse connaisse sa pire année en 50 ans, avec une contraction des exportations évaluée à près de 25%.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.