×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
16 mai 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Superdry: un exercice 14,7% sous les niveaux pré-pandémiques

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
16 mai 2022

Julian Dunkerton, le fondateur et PDG de Superdry, a présenté jeudi les résultats du quatrième trimestre et de l’année entière. Il reste du travail avant de retrouver les chiffres d’avant la pandémie, mais les progrès réalisés sont encourageants.


Superdry


L’exercice fiscal 2022, terminé au 23 avril, mêle donc des périodes où les effets de la pandémie se faisaient encore beaucoup sentir et des mois post-pandémie. L’entreprise a comparé ses résultats à l’année précédente, 2021, très affectée par le Covid, et à l’exercice 2020, avant le début de la pandémie.

Les comparaisons se font sur les 52 semaines allant jusqu’à fin avril (les chiffres sont légèrement biaisés, car le dernier exercice comptait 53 semaines). Les revenus de l’entreprise sont en baisse pour l’année entière, mais en hausse au dernier trimestre.

Pour tout l’exercice, les revenus tirés des boutiques amorcent leur reprise avec une hausse de 59,58% d’une année sur l’autre, principalement due à la levée des restrictions liées au Covid sur les principaux marchés de la marque. Malgré tout, le trafic reste “largement inférieur aux niveaux pré-Covid“.

Sans surprise, les ventes issues du e-commerce reculent de 24% d’une année sur l’autre, “en raison de la reprise des achats physiques et de notre nouvelle politique visant à éviter les promotions afin de favoriser les ventes à plein tarif“. Une démarche qui porte ses fruits : les ventes à plein tarif sont en augmentation de 26 points de pourcentage d’une année sur l’autre, ce qui devrait se traduire par une amélioration de 590 points de base de la marge brute du retail.

Des résultats "encourageants" pour le wholesale



Du côté de la vente en gros, les résultats sont “encourageants“ avec une progression de 4,2% d’une année sur l’autre, malgré des difficultés prolongées sur les marchés européens.

Si l’on étudie ces chiffres en détails, les revenus du groupe pour l’exercice fiscal 2022 atteignent 600,7 millions de livres (705,27 millions d’euros), soit 8% de plus qu’en 2021 et 14,7% de moins qu’en 2020, avant la pandémie.

Les ventes annuelles en boutiques grimpent de 59,8% par rapport à 2021, à 224,5 millions de livres (263,58 millions d’euros). En revanche, par rapport à 2020, la baisse est de 21,8%. Avec 153,4 millions de livres (180,1 millions d’euros), le e-commerce recule de 24% par rapport à 2021, comme mentionné auparavant, mais reste supérieur de 1,2% au chiffre de 2020.

Entre les boutiques et la vente en ligne, les revenus issus du retail additionnent 378 millions de livres (443,8 millions d’euros), soit 10,4% de plus qu’en 2021 et 13,9% de moins qu’en 2020.

La vente en gros, avec 222,8 millions de livres (261,58 millions d’euros), est encore inférieure de 16,1% aux résultats pré-Covid.

Mais passons plutôt aux bonnes nouvelles : le quatrième trimestre, lui, a des airs de reprise. Les revenus totaux du groupe, à 159,7 millions de livres (187,5 millions d’euros), dépassent de 17% ceux de 2021 et de 6,7% ceux de 2020.

D’une année sur l’autre, les revenus issus des boutiques bondissent de 203% avec 47,2 millions de livres (55,42 millions d’euros). Et par rapport à 2020, l’augmentation reste substantielle, avec +20%. Par rapport à 2021, les revenus issus du e-commerce sont en recul de 21,5%, à 38,2 millions de livres (44,85 millions d’euros). Par rapport à 2020, la baisse est moins importante : -6,6%, ce qui s’explique en partie par le fait que la comparaison est effectuée avec une période de confinement, où le e-commerce était l’unique option des consommateurs.

À 85,4 millions de livres (100,27 millions d’euros), les revenus totaux issus du retail gagnent 33% par rapport à 2021 et 7,7% par rapport à 2020. Avec 74,2 millions de livres (87,12 millions d’euros), le wholesale progresse quant à lui de 2,7% par rapport à 2021 et de 5,6% par rapport à 2020.

Continuer sur le segment premium



Julian Dunkerton déclare : “Nous continuons à appliquer notre stratégie de repositionnement de la marque Superdry sur un segment premium et je suis enchanté des progrès que nous faisons. Malgré la difficulté de la conjoncture économique actuelle et les bouleversements du marché, notre politique de plein tarif va nous permettre d’améliorer significativement notre marge brute pour l’exercice fiscal 2022.

“Nous sommes conscients de la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons continuer à proposer des produits qui incarnent ce qui leur est cher : de la qualité, du style et de l’éco-responsabilité à un prix juste.

“Nous entrons dans notre exercice 2023 avec prudence, en raison du contexte macroéconomique et de l’impact de l’inflation, mais nous avons confiance en notre stratégie de repositionnement de la marque et en notre futur succès.“

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com