×
4 931
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
25 janv. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Supply chain : 116 millions d'ouvriers "cachés" au service des groupes

Publié le
25 janv. 2016

H&M, Gap Inc., Li&Fung, Nike, P&G font partie des 50 grandes sociétés internationales pointées du doigt par l'International Trade Union Confederation (ITUC) pour reposer à 94 % sur une très importante main d'oeuvre « cachée », qui n'entre pas dans les chiffres des marques, mais travaille pour elles !


Là où Gap Inc. revendique 150 000 collaborateurs, l'ITUC voit pour sa part un million de travailleurs cachés. Chez H&M, aux 132 000 annoncés s'ajouteraient 1,6 million d'autres. Et des 26 000 affichés par Li&Fung, ils seraient en réalité 3,75 millions. Et le rapport pointe également Nike (48 000 officiellement contre 2,5 millions cachés) et Procter & Gamble (118 000 contre 8 millions), mais cite également Carrefour, Walmart ou encore Tesco.

« Les 50 sociétés répertoriées dans ce rapport pourraient agir pour changer le commerce mondial. Elles en ont les ressources et l'influence », pointe l'ITUC. « Les travailleurs paient le prix du scandale : esclavage, travail informel, contrats précaires à court terme, faibles salaires, travail et produits chimiques dangereux, heures supplémentaires forcées... Tout cela fait partie d'un grand scandale mondial qui est aujourd'hui entraîné par la cupidité des entreprises dans leur quête éternelle du profit et de la valeur actionnariale. »

Et l'ITUC tente de montrer l'attente d'un changement du côté des consommateurs. Interrogés en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, ils sont 55 % à juger qu'on ne peut faire confiance aux grands groupes et 25 % à ne pas savoir s'ils sont dignes de confiance. Et pour appuyer l'éloignement entre ces travailleurs cachés et les dirigeants, le rapport cite le salaire de ces derniers. Les PDG de P&G, Nike, Walmart et Gap Inc. arrivent parmi les 15 premiers.


Le groupement de syndicats relève également la conscience grandissante des travailleurs. Interrogés en Indonésie, en Turquie et aux Philippines, ils sont 78 % à estimer qu'un salaire minimal devrait être instauré au sein de la supply chain. Ils sont aussi 80 % à estimer que la course au gain se fait au détriment de la sécurité des travailleurs.

A ce jour, 58 % des pays, et notamment les principaux pays de production, s'affranchissent du droit du travail pour certaines catégories professionnelles. En outre, 70 % des travailleurs n'ont pas le droit de grève et 60 % n'ont pas le droit de pétition. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com