×
Par
AFP
Publié le
23 janv. 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sur les podiums des hommes: des barbus, des poilus et des tatoués

Par
AFP
Publié le
23 janv. 2011

PARIS, 21 jan 2011 (AFP) - Des barbus costauds, des messieurs grisonnants, des tatoués de la tête au pied: Plusieurs créateurs ont choisi de se démarquer des adolescents imberbes, au cheveu lisse et souvent blond, qui dominent la plupart des défilés de mode masculine.

"Dans une société de plus en plus androgyne, la pilosité faciale permet de se distinguer et d'affirmer une certaine virilité", explique Alain, le barbier des stars installé dans le Marais, entre deux défilés des collections pour l'hiver prochain.

"C'est aussi un moyen de communication, de projeter une image", ajoute-t-il. Comme un défilé, qui présente une collection de vêtements mais véhicule aussi une image susceptible de créer un désir pour la marque.

La pilosité fait un "très net retour au masculin, on retrouve aujourd'hui une esthétique velue", affirme sans sourciller Alain, qui ne donne pas son nom de famille. Sur la foi des magazines de mode comme de sa clientèle qui affectionne les barbes "fines, structurées et nettes" ou, pour certains dandys, des moustaches à la Clark Gable ou à la Johnny Depp.


Défilé Yamamoto automne-hiver 2011/2012 (photo PIxel Formula)
A New York, les jeunes branchés se laissent pousser des barbes d'hommes des bois ou des cavernes, non taillées et broussailleuses, une tendance qui commence à pointer le bout de son nez à Paris.

La pilosité est devenue un accessoire de mode, qui permet d'affirmer une différence, comme en témoignent les podiums. Dès qu'une barbe, un type de moustaches, pattes ou rouflaquettes, se banalisent, il faut trouver autre chose.

Chez Jean Paul Gaultier, depuis plusieurs années, les hommes qui défilent ont plus de corpulence et de densité que les "jeunes hommes poudrés", comme les appelle un habitué, ultra-minces avec souvent une mèche sur le côté, vus ailleurs.

Le public finit par reconnaître un type à la barbe noire et dense, danseur professionnel aux allures d'intellectuel oriental, un grand costaud avec des jambes de sauterelle et un nez affirmé, ou encore le très androgyne mannequin bosniaque, Andrej Pejic, aux longs cheveux blonds, apparu sur les podiums la saison dernière.

M. Gaultier explique régulièrement, comme en octobre après avoir fait défiler la chanteuse extra-large Beth Ditto, que "ce qui compte c'est la personnalité, il n'existe pas qu'une forme de beauté stéréotypée". Ses hommes sont assurément aussi beaux que singuliers.

Le couturier japonais Yohji Yamamoto a l'habitude de présenter des physiques encore plus variés. Jeudi soir, un vieux monsieur à lunettes et moustaches blanches montre un costume trois pièces à gousset, aux côtés d'un adolescent ébouriffé dans un pull bleu à capuche. Suivent un barbu enveloppé portant un chapeau noir et un quadra au look britannique, moustache rousse sophistiquée, casquette en tweed et boucle d'oreille pendante.

La maison fait appel aux mannequins classiques "habituels" mais procède aussi à des castings sauvages, dans la rue, recrutant de nombreux comédiens. "M. Yamamoto pense ses vêtements pour toutes les formes de corps", explique une porte-parole.

Mugler a frappé fort mercredi soir, pour le premier défilé de son nouveau directeur artistique Nicola Formichetti, avec un homme entièrement tatoué, qui a reproduit son squelette sur sa peau. Le Canadien Rick Genest, qui a même tatoué son visage piercé, avec de grands cercles foncés autour des yeux, s'est présenté torse nu en pantalon cuir et boots, puis avec un voile en tulle blanc, comme une mariée, sur la tête.Par Gersende RAMBOURG

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.