×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
30 mars 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Swarovski fait appel à Climeworks pour réduire ses émissions de CO2

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
30 mars 2022

Swarovski veut reverdir son blason. La marque de luxe autrichienne a annoncé mercredi 30 mars avoir conclu un accord d’une durée de cinq ans avec Climeworks, une entreprise suisse spécialisée dans l’élimination des émissions carbone accumulées grâce à une technologie de capture directe dans l’air. La stratégie climatique de Swarovski se centre sur “la réduction, l’élimination et la compensation“ de ses rejets de CO2 dans l’atmosphère à travers une série d’étapes, qui lui permettront de respecter les objectifs climatiques définis par l’accord de Paris de 2015.


Swarovski x Climeworks


“En 2021, nous avons renforcé notre stratégie d’éco-responsabilité en nous concentrant sur un objectif : freiner le changement climatique. Nous sommes fermement convaincus que la recherche scientifique est indispensable pour comprendre les problèmes et ouvrir la voie au changement. Nous nous sommes alignés sur le projet Science Based Targets pour approfondir notre engagement”, rappelle le PDG par intérim de Swarovski, Michele Molon. L’entreprise entend réduire les émissions directes et indirectes issues de ses propres opérations de 47% et les émissions indirectes provenant des opérations de ses sous-traitants de 28% d’ici 2030.

L’entreprise Climeworks a été fondée par Christoph Gebald et Jan Wurzbacher en 2009. Michele Molon affirme que pour Swarovski, cet accord représente une étape supplémentaire pour “affronter l’une des crises les plus importantes pour notre planète“. Climeworks collabore déjà avec des entreprises telles que Microsoft et Spotify, et avec le groupe de musique Coldplay. À moyen terme, Swarovski veut éliminer de façon permanente le dioxyde de carbone rejeté dans l’air, en le réinjectant dans la terre ou en le stockant en sécurité. Les chiffres de l’accord avec Climeworks n’ont pas été publiés.

Spécialisée dans la création, la fabrication et la vente de cristaux, pierres précieuses et diamants, Swarovski investit “massivement“ dans l’amélioration de “l’efficience“ de ses opérations de fabrication. La consommation d’énergie de ses nouvelles boutiques est aussi en ligne de mire, tout comme l’approvisionnement en “matières plus respectueuses de l’environnement“ pour les produits, les emballages et l’architecture. Des “projets à grande échelle“ vont être mis en œuvre pour promouvoir un impact positif du transport de marchandises et à d’autres étapes de la chaîne de valeur.

Appartenant au groupe du même nom, la marque Swarovski a été fondée en 1895. Swarovski Optik, spécialiste des dispositifs d’optique, et Tyrolit, fournissant des systèmes pour le secteur de la construction, font aussi partie du conglomérat. À la fin de l’année dernière, le PDG de Swarovski Robert Buchbauer et son directeur financier Mathias Margreiter ont tous deux annoncé leur démission. Deux ans auparavant, la société avait commencé à réorganiser son activité. À l’origine de la création de la Fondation Swarovski en 2013 et membre du conseil de l’entreprise, Nadja Swarovski a quant à elle abandonné l’entreprise le 31 décembre dernier. La semaine dernière, l’entreprise a nommé sa cousine Marisa Schiestl-Swarovski à la présidence de la fondation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com