×
5 086
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
21 janv. 2023
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Tailoring et art à Paris: Paul Smith, Officine Générale et Daniel Arsham

Publié le
21 janv. 2023

Paris aimera toujours la diversité, surtout en mode. Quand Paul Smith et Officine Générale affirment leur excellence du tailoring décontracté, l'artiste Daniel Arsham présente une première collection entre art et mode.
 

Paul Smith: Le renouveau de Joe Jackson



Un tailoring post-pandémique chez Paul Smith, qui a joué avec de multiples idées sur la façon dont les hommes veulent s'habiller à la sortie du confinement.


Paul Smith - automne-hiver 2023/24 - Menswear - France - Paris - © ImaxTree


"Je me suis concentré sur mon amour durable pour les tissus de confection et le tailleur, comme cette veste courte que je porte, composée de tissus de confection mais transformée en un jerkin court zippé", a expliqué Sir Paul Smith après le défilé.
 
Alors qu'il est réputé pour son travail des couleurs, Paul Smith a surpris son public avec une ouverture tout en noir, utilisant à nouveau des matériaux de tailleur de manière inattendue - notamment des bouffants en velours côtelé coupés sur les côtés.

"Après le Covid, les gens voulaient s'habiller plus simplement. Aujourd'hui, ils veulent à nouveau être plus élégants, mais pas de manière traditionnelle", a déclaré le célèbre chevalier britannique de la mode après le défilé, dans la sacristie de la cathédrale américaine de Paris, où il a dévoilé sa collection automne-hiver 2023/24.
 
L'idée phare de Sir Paul était une série de capes inspirées de tapis vieux de 200 ans qu'il a récemment découverts en Italie. Une partie de la collection d'un collectionneur milanais, qu'il prévoit de présenter dans une installation artistique dans son flagship londonien au printemps prochain.
 
"Les tapis étaient toujours dans des couleurs légèrement étranges, car ils étaient teints à la main", a-t-il cligné de l'œil en montrant une cape sur son moodboard, un mélange magnifiquement surprenant d'abstraction et de colorblock.
 
Sa silhouette varie proposant des jambes droites ou méga-oversize, tandis que les vestes sont coupées quelques centimètres plus long, rappelant le style des années 90. Beaucoup de reprises de ses propres d'archives sur les carreaux  - refaits dans des tissus modernes - et beaucoup de superpositions de motifs. Il travaille les détails, avec quatre boutons sur les poignets, toujours dans le style des années 90. Au total, des baskets blanches et des costumes sombres, à la Joe Jackson façon Is she really going out with him?
 
"Je revisite certaines choses que j'ai faites au cours de ma très longue, très longue, très longue, très longue carrière. Et je suis toujours debout, d'une manière ou d'une autre", a déclaré Paul Smith, en écartant les mains et en riant aux éclats.

Officine Générale: chic décontracté en marine et gris



La "fidélité à ses gammes", c'est ce qu'a illustré à la perfection Pierre Mahéo sous l'immense grande verrière du Palais de Tokyo ce vendredi soir. Le fondateur d'Officine Générale a exprimé son expertise du chic décontracté en bleu marine et gris, dans un défilé baptisé Monochro-mania.


Officine Générale - automne-hiver 2023/24- Menswear - France - Paris - © ImaxTree



Le tailoring facile de la maison reste une signature. Telle une vague s'avançant sur les cordes intenses d'En surface  d'Etienne Daho et Dominique A, le marine, avec de subtiles variations de couleurs, s'exprime d'abord avec de longs et lourds manteaux en drap de laine sur des chemises en soie fluides ou des mailles légères avec des pantalons droits ou plus oversize. Pour l'homme le costume peut être en laine, fitté et recouvrant un pull léger esprit marinière à manches longues, ou en velours côtelé plus large, porté avec des sneakers blanche, sur une chemise jaune clair au col ouvert et faussement mal agencé. La femme s'habille d'une élégante combinaison denim, d'un duo jupe longue-pull à côtes anglaises ou d'un blazer oversize porté sur un mini-short avec des mocassins et chaussettes pour le bas et bonnet de marin pour le haut.

Dans un balai qui offre trois passages aux mannequins et permet à l'audience de découvrir les propositions en détail, les looks gris prennent la suite, tout autant adaptés à de jeunes décideurs dynamiques qu'à des artistes raffinés, avec rapidement une sensation de subtile récurrence des styles. Et pour cause, celles-ci répondent aux propositions marines. Un grand imperméable gris pour la femme fait ainsi écho à une belle pièce double matière, en drap de laine marine sur l'avant et en toile de coton beige dans le dos. Pour l'homme, un costume en velours satiné gris répond au velours côtelé bleu.

Un exercice qui aurait pu s'avérer périlleux, offrant peu de ruptures chromatiques au show, mais qui a surtout permis de sublimer coupes et matières, deux marottes de la maison française. Un point lié aussi à l'attention portée aux moindres détails, et notamment les accessoires, comme le col marron d'un blouson aviateur gris s'alignant parfaitement avec la ceinture du modèle, ces foulards en soie élégamment noués autour du cou, ces petits sacs ceintures en cuir noir ou marron, ces broches dorées ou argentées aux revers des blazers ou ces chaînes en acier de différentes épaisseurs dépassant des poches droites de pantalons à pinces.

Dans ce jeu de miroir, le final a recrée ces binômes, se concluant par un duo drapé de magnifiques et immenses capes bicolores en laine délicate, suivi d'un Pierre Mahéo saluant, en courant sous les applaudissements.

 

Daniel Arsham: quand la performance artistique s'exprime en mode 



Il existe un point de rencontre entre la mode et les beaux-arts, et c'est là que réside la proposition de Daniel Arsham. Une zone où les vêtements sont plus des objets d'art que de simples vêtements.


Daniel Arsham automne-hiver 2023 / Paris - Daniel Arsham

 
C'est pourquoi le designer américain a organisé son dernier défilé dans l'une des galeries d'art de Daniel Perrotin, au fin fond du Marais, car ce show était autant une performance qu'un défilé. Les invités ont été accueillis par trois statues dressées sur des socles dans un blanc immaculé.
 
Dans un spectacle qui a commencé avec Daniel Arsham brisant une veste en plâtre, avant de la mettre sur un jeune mannequin maigre portant déjà un pantalon de la même matière.
 
Intitulée "Objects IV Life Chapter 003", qu'Arsham définit comme "un uniforme pour une vie créative", la collection comprenait des vestes en denim matelassées à poches profondes, des manteaux pour faire face au mauvais temps et des pulls de camionneurs pour l'hiver. Des vêtements de travail élégants avec une touche artistique. Fonctionnels, mais avec beaucoup de finesse, tout comme cette exposition.
 
Arsham adore les nouvelles catégories de vêtements. Par exemple, un jumelage de combinaisons - c'est-à-dire une veste-chemise sur un pantalon à cordon.
 
Mais le souvenir le plus marquant restera son spectacle autour du plâtre de Paris, le genre d'approche mode que l'on ne voit vraiment qu'à Paris. Car ici, si on aime la mode, c'est pour l'art qu'elle devient très occasionnellement.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com