×
Publicités
Par
Reuters
Traduit par
Sonia BROYART
Publié le
7 févr. 2019
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Tapestry, propriétaire de Coach, coupe dans ses prévisions et voit ses actions chuter

Par
Reuters
Traduit par
Sonia BROYART
Publié le
7 févr. 2019

Après avoir enregistré des résultats décevants durant les fêtes et une chute des ventes de sacs à main Kate Spade, Tapestry Inc. a ce jeudi coupé dans ses prévisions de profits pour l’année entière, mettant en cause la baisse des dépenses touristiques et le ralentissement de l’économie mondiale.



Les actions de la maison de mode new-yorkaise ont baissé de 12 % à 34,53 dollars dès la pré-ouverture après avoir annoncé que le bénéfice net ajusté par action pour l’année sera désormais compris entre 2,55 et 2,60 dollars, sous la barre des précédentes indications comprises entre 2,75 et 2,80 dollars par action.

Les ventes de Coach, dont les sacs à main et accessoires contribuent à hauteur de 71 % de l’activité de la société, ont augmenté de près de 2 % au cours du trimestre, soit 1,25 milliard de dollars. Toutefois, les ventes de Kate Spade, racheté en 2017, ont diminué de 1,6 %, à 428 millions de dollars.

Au deuxième trimestre achevé le 29 décembre, la société a rapporté un bénéfice de 1,07 dollar par action, éléments exclus, inférieur aux estimations des analystes de 1,11 dollar par action. 

« Au vu des résultats de notre deuxième trimestre et d’un cadre international incertain, nous sommes en train de revoir nos perspectives pour le reste de l’année en cours », a déclaré Victor Luis, CEO de Tapestry.

La société a annoncé une hausse de son revenu net atteignant les 254,8 millions de dollars, soit 88 cents par action, contre 63,2 millions de dollars, soit 22 cents par action, l’année passée.

Les ventes nettes ont subi une hausse, passant de 1,79 milliard de dollars à 1,80 milliard, mais ces résultats manquent l’estimation moyenne des analystes de 1,86 milliard, selon les données IBES de Refinitiv.

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.