×
Publicités

Tati va fermer son magasin parisien historique de Barbès

Publié le
7 juil. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Triste épilogue dans le dossier Tati. Alors que son propriétaire, le groupe Gifi, lui avait imposé une sévère rationalisation en 2019, en cédant ou transformant la quasi-totalité des magasins du réseau, l'enseigne au vichy rose va devoir baisser le rideau de son adresse historique à Paris. Le mythique magasin de Barbès, ouvert en 1948 par Jules Ouaki, avait pourtant été maintenu à l'issue de la restructuration.


L'emplacement de Tati à Barbès. - Google Street View


Mais la pandémie de Covid-19 a empiré les affaires de l'enseigne. "Tati n’a pas vu le retour de ses clients vers son centre historique de Barbès. Le magasin de Barbès a été doublement impacté par les grèves de décembre dernier et la crise sanitaire. Il a accusé une baisse de 60% de ses ventes entre le 1er octobre 2019 et le 31 mai 2020 par rapport à la même période l’année précédente", justifie Thierry Boukhari, directeur général délégué de Tati.

Cette fermeture définitive entraînera la suppression de 34 postes, qui feront l'objet d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). En revanche, les deux magasins Tati Mariage et Tati déstockage à Barbès (11 collaborateurs) seraient maintenus, précise le groupe Gifi.

Depuis son rachat au groupe Eram en 2017, l'entrepreneur Philippe Ginestet, président-fondateur de Gifi, dit avoir investi 150 millions d'euros pour relancer Tati, soit deux fois plus que le plan initial. Ne constatant pas de "retour suffisant de la clientèle", le groupe a jeté l'éponge l'an dernier : 50 points de vente Tati ont basculé sous enseigne Gifi, tandis que 29 autres adresses ont été reprises par d'anciens managers du groupe pour lancer la chaîne de déstockage KLO (mode, beauté, alimentaire, maison, multimédia...).


La nouvelle enseigne de déstockage fondée par d'anciens cadres du groupe, qui affiche des rabais jusqu'à -70%. - DR


Aujourd'hui, cet acteur low cost qui a vu ses premiers points de vente ouvrir en 2020 a l'intention de reprendre 18 autres magasins Tati et la centaine de salariés qui y sont rattachés. "KLO affiche 50% de ventes de plus que ce qui était prévu lors de sa création, et compte désormais 200 collaborateurs", avance le groupe Gifi. Plusieurs ouvertures du concept ont été menées en juin, notamment à Lorient, Alès et Bondy.

Enfin, une unité Tati va être reprise par Chauss 34, tandis que quatre magasins vont définitivement baisser le rideau. Ces derniers sont situés à Sarlat, Bruay-la-Buissière, Trélissac et donc Paris Barbès. Leur date de fermeture n'est pas précisée.

Premier acteur à vendre du textile à bas prix sous forme de bazar, ce magasin historique de la capitale a été le seul point de vente Tati pendant trente ans, jusqu'en 1978, avant que ne soit décidé son déploiement dans le pays. Ne disposant plus aujourd'hui d'aucune adresse en régions, et ne conservant que deux petites unités (mariage et déstockage) à Paris, la fermeture de cet emblème du commerce parisien signe la quasi-disparition de Tati. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com