×
6 441
Fashion Jobs
PVH
Chef de Projet Digital Tommy Hilfiger
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes - Paris/Ile de France (H/F)
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Manager Vente H/F
CDI · NICE
CAMAÏEU
Contrôleur de Gestion Commercial H/F
CDI · ROUBAIX
CAMAÏEU
Contrôleur de Gestion Achats Confirmé H/F
CDI · ROUBAIX
APPROACH PEOPLE
Hrpb Retail Anglais & Espagnol Courant H/F
CDI · BAYONNE
SHOWROOMPRIVE.COM
Charge Formation et Qualite Service Client Bilingue Espagnol - H/F
CDI · SAINT-DENIS
VENTE-PRIVEE.COM
Responsable Des Ressources Humaines H/F
CDI · SAINT-DENIS
SAPIANCE RH
Directeur Commercial Moyen Orient (H/F)
CDI · DUBAÏ
COURIR
Contrôleuse/Contrôleur de Gestion Réseau - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Relation Clients H/F
CDI · SAINT-OUEN
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · PARIS
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · TOULOUSE
RICHEMONT
Chef de Projets Sourcing
CDI · PARIS
BLEU LIBELLULE
Directeur Commercial Régional
CDI · LILLE
LA HALLE
Chargé(e) CRM H/F
CDI · PARIS
CALZEDONIA SIEGE
Coordinateur(Trice) Travaux et Maintenance - CDI 35h
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Moa & Déclarations Sociales H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Acheteur Marque Propre Maroquinerie H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chef de Projet Stratégie Confirmé H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Chef de Produit Marque Propre Homme H/F
CDI · PARIS
ORIGINAL BTC FRANCE
Chargé(e) d'Affaires Prescription / Retail
CDI · PARIS
Publicités

Taxation du numérique: le projet d'accord de l'OCDE attendu d'ici fin 2019

Par
AFP
Publié le
today 29 août 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris, le 29 août 2019 (AFP) - La France et l'OCDE ont annoncé jeudi avoir mis en place un groupe de travail incluant les Etats-Unis afin de faire aboutir d'ici la fin de l'année 2019 une proposition formelle d'accord sur la fiscalité internationale des géants du numérique.


Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire et le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria le 29 août 2019 à Paris - AFP


"Il y a eu un accord au G7 de Biarritz sur la taxation du digital. Maintenant nous voulons accélérer les travaux techniques", a expliqué le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'issue d'un entretien à Bercy avec le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria.

"Si nous voulons avoir un accord au premier semestre 2020", comme cela a été décidé par Emmanuel Macron et Donald Trump lors du G7, "il faut que nous puissions avoir la proposition formelle de l'OCDE d'ici la fin de l'année 2019", a ajouté le ministre.

Bruno Le Maire, qui se rendra la semaine prochaine à Washington pour poursuivre les discussions avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, a précisé qu'un "groupe de travail technique" allait être mis en place entre "la France, les Etats-Unis et l'OCDE" pour "travailler sur cette question".

"La 'task force' qui travaille sur la taxation du digital aujourd'hui à l'OCDE est co-présidée par la France et par les Etats-Unis, donc il est parfaitement légitime" que ces deux pays travaillent aux côtés de l'OCDE "sur cette solution là", a-t-il défendu.
Selon le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), cette "task force" a "beaucoup travaillé" ces derniers mois. "On est en position d'avoir une proposition, la substance de ce qui pourrait être l'accord, vers la fin de l'année", a-t-il déclaré.

Près de 130 pays seront concernés par cet accord, élaboré sous l'égide de l'OCDE. L'objectif, c'est de "créer un modèle de taxation pour le XXIe siècle", prenant en compte de fait que nombre d'entreprises n'ont plus de présence physique là où sont leurs clients, a rappelé Angel Gurria.

Le projet d'accord sur lequel travaille l'OCDE repose sur deux piliers: une répartition des impôts récupérés auprès des entreprises multinationales entre les pays où elles vendent leurs biens et services, et l'application d'un taux minimum d'impôt sur les sociétés au niveau international.


AFP



Selon le directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE Pascal Saint-Amans, qui pilote ce délicat chantier, une proposition de projet devrait être rendue publique avant le G20 Finances prévu le 17 octobre à Washington.
L'accord conclu lundi entre la France et les Etats-Unis à propos de la taxe Gafa va permettre de "relancer la discussion" mais de nombreuses questions restent "en suspens", avait assuré jeudi Pascal Saint-Amans dans un entretien à l'AFP.
Interrogé jeudi, Bruno Le Maire a évoqué de son côté quatre points difficiles.

Le premier concerne la définition du lien entre les entreprises du numérique et le territoire dans lequel elles opèrent. "Est-ce que c'est le nombre de clients? Est-ce c'est le nombre de connexions? Est-ce que c'est la taille des plateformes? Tout cela doit faire l'objet de discussions", a-t-il expliqué.

Selon le ministre, le deuxième point délicat concerne le niveau auquel ls entreprises doivent être taxées, et le troisième la définition du type d'entreprises concernées. "Est-ce que c'est la taille du chiffre d'affaires, est-ce que c'est en fonction de la taille du pays?", s'est-il interrogé.

La quatrième et dernière question, quant à elle, porte sur le fait de savoir si une spécificité particulière doit être accordée aux entreprises "qui sont purement et exclusivement digitales". "Nous, nous considérons qu'il faut tenir compte de cette spécificité", a-t-il plaidé.

En vertu de l'accord conclu lundi entre Paris et Washington, la France s'est engagée à substituer le nouvel accord international à sa taxe Gafa nationale, entrée en vigueur cette année, dès son adoption et avant même sa ratification. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Tags :
Autres
Business