×
Publicités
Publié le
26 mars 2019
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Territoire Redskins sort de redressement judiciaire

Publié le
26 mars 2019

Territoire Redskins semble voir la sortie du tunnel. Placée en redressement judiciaire en septembre 2017, la marque française a vu le tribunal de Nanterre prononcer sa sortie de redressement le 14 mars et a ainsi entamé un plan de continuation pour une durée de neuf ans. « Après un cycle de trois fois six mois d’observation, nous avons passé une nouvelle étape avec ce plan de continuation. Pendant cette période, nous nous sommes séparés de magasins qui n’étaient plus rentables, nous avons procédé à des plans sociaux et nous nous sommes concentrés drastiquement sur le savoir-faire de la marque », explique Edith Haziza, chargée de mission à la direction générale de la marque. La dirigeante est une collaboratrice de longue date de Serge Aboujedid, cofondateur et toujours à la tête de l’entreprise.


En plus du cuir, la marque mise le sport, l'héritage et la femme - DR


La griffe a réduit l'étendue de ses collections et se focalise davantage sur son savoir-faire dans le cuir. Une offre de cuir qui reste toujours complétée par du prêt-à-porter à la fois « plus sport et héritage ». Territoire Redskins travaille avec l’agence de communication La Barone afin de donner la priorité au digital et de collaborer étroitement avec les influenceurs. Après une campagne digitale pour l’été puis pour l’hiver 2018, elle a dévoilé une campagne d’affichage en février dans le métro parisien. Elle produit également une Websérie pour mettre en valeur, là encore, le savoir-faire maison.

Aujourd’hui, le cœur de cible de Territoire Redskins se situe entre 24 et 35 ans. L’objectif est d’attirer plus de 18-24 ans. Pour cela, l’image évolue. Des influenceurs et des comédiens deviennent les nouveaux porte-drapeaux de la marque dans un cadre urbain et non plus dans des grands espaces probablement trop lointains.


La campagne d'affichage est apparue dans plus de 120 stations du métro parisien en février - DR


La griffe, qui affiche un âge honorable de 35 ans, compte une dizaine de magasins en succursale et le même nombre en affiliation en France. Durant le plan de redressement, elle s’est séparée de sept magasins. Si elle ne précise pas son volume d'affaires, la marque est également distribuée par 450 revendeurs, toujours en France.

Par ailleurs, elle pousse son e-shop main dans la main avec Store & Supply. « Nous allons redévelopper deux axes que nous avions un peu trop laissé de côté : l’export et la collection femme. Or, c’est incontournable si nous voulons renouer avec la croissance. Nous revenons en Allemagne et en Belgique, et nous allons aussi en Russie et en Chine. Quant à la femme, elle aura des collections plus étoffées dès la saison prochaine, » indique Edith Haziza.

Enfin, les licences demeurent un élément important dans la stratégie. Les licences chaussure, enfant et papeterie poursuivent leur développement. Deux autres ont vu le jour depuis l’hiver dernier : la layette puis les sous-vêtements et le maillot de bain qui réalisent déjà, selon Edith Haziza, de « bonnes performances ». A l’heure actuelle, la direction recherche un licencié montre et un autre pour le parfum.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com