×
Publicités
Publié le
15 oct. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Textile/habillement: Euratex inquiet face aux hausses d’importations chinoises

Publié le
15 oct. 2020

Alors que l’Europe a vécu au deuxième trimestre une chute de 25% de son activité textile, et de 35% pour son activité habillement, la confédération européenne de la filière Euratex s’inquiète d’une hausse notable des importations textiles chinoises par l’UE. Le tout dans une situation “pire que celle de 2009”, pointe l’organisation professionnelle.


Shutterstock


Comme l’avaient montré les chiffres d’import/export du textile/habillement français pour le premier semestre, les masques et autres textiles médicaux rendent très largement illisibles les données de l’exercice en cours, pour le textile. Et pour cause, ces deux catégories ont vu leurs importations depuis la Chine passer de 600 millions d’euros en 2019 à 14 milliards d’euros depuis le début de l’année (+2200%). Les seuls masques ont représenté un total de 13,5 milliards d’euros de commandes.

Des chiffres qui alarment Euratex, à l’heure où les industriels ont progressivement vu l’impact de la crise de consommation gagner leurs carnets de commande. Au niveau européen, le marché du retail vit toujours un plongeon de 43%. Chute qui dépasserait même les 60% dans certains pays, selon l’organisation, qui redoute que cette crise ne fasse que renforcer la concurrence asiatique, alors même que l’industrie européenne veut y voir un accélérateur pour des relocalisations de production.

“Dans les faits, nous assistons à une escalade de la guerre commerciale avec les États-Unis, nous ne voyons aucun progrès dans les négociations avec le Royaume-Uni (notre plus important marché d'exportation), nous voyons des segments de notre industrie exclus du système de compensation du ETS (compensation carbone, ndlr), nous voyons une réduction du financement de la recherche, nous voyons des pressions pour introduire des modèles coûteux de diligence raisonnable, nous voyons des produits critiques être fournis par des processus d'approvisionnement douteux”, déplore l’organisation.


Shutterstock



Autant de points qui contrastent avec la mobilisation rapide de la filière au printemps pour lancer en urgence la production de masques. Mobilisation saluée par les pouvoirs publics et qui a permis, rappelle Euratex, de limiter à 5% les pertes d’emplois dans la filière. Alors même que 80% des entreprises indiquaient fin mars s’attendre à devoir réduire leurs équipes pour traverser la crise. “Nos entrepreneurs sont optimistes (...), mais ils ont besoin d'un cadre clair dans lequel ils peuvent se développer, innover et créer des emplois", pour Dirk Vantyghem, le directeur général d’Euratex.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com