×
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
1 mars 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Thom Browne : le monde merveilleux des WASP

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
1 mars 2020

Cette saison, Thom Browne s’est consacré à un genre de personnes qu’il adore sincèrement, les WASP (White Anglo-Saxon Protestant), et leur sous-culture la plus attachée aux traditions, les étudiants BCBG.
 

Thom Browne - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Paris - © PixelFormula


L’amour de ce créateur pour le style classique des écoles chics n’a jamais été si évident que dans cette collection Automne-Hiver 2020/21, présentée un dimanche après-midi affreusement humide, à Paris.

Le décor, par contre, était du Thom Browne plus conventionnel – une forêt hivernale de bouleaux, saupoudrée de fausse neige, où le maître de cérémonie était un top longiligne juché sur des méga plateformes, avec une veste de Monsieur Loyal galonnée des mêmes couleurs que son kilt, dignes d’une cravate de club.

Avec des gestes énergiques, il dirigeait les mannequins : 33 couples au total, vêtus de tenues identiques (une véritable première dans la mode, ce qui est rare). Et même si Thom n’a pas énormément innové en matière de technique, son atelier a rarement été aussi en forme.

Les tops portaient des compositions en collages associant trench, veste classique, kilt, tailleur professionnel et blazer, souvent dans un même look. Des épaules exagérées, des revers pendants, des micro-vestes contrastaient avec des cravates blanches grandioses. Et il y avait toutes sortes d’ornementations – bouillons, broderies en cristaux et ganses en ruban gros-grain.

Des filles masculines et des hommes très dame – chacun portait un sac à main en cuir grainé. Une véritable arche de Noé du sac, épousant la forme d’animaux tous différents : tortue, hippopotame, poney Shetland, cobra, coq, terrier, éléphant, teckel ou mouton noir parmi de nombreux autres.

Tout était réalisé en gris, bleu marine, noir et blanc, avec des pointes de motifs cravate rayée, de carreaux Prince de Galles et de jacquard intarsia élégiaque. En un mot, le plus important créateur contemporain d’Amérique déclinait son thème préféré : le costume de flanelle, et les fantasmes et perversions secrètes d’une Nouvelle Angleterre collet monté.


Thom Browne - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Paris - © PixelFormula


Il y a près de 20 ans, Thom Browne a ouvert une petite échoppe de tailleur dans le West Village, à New York. Il est diffusé aujourd’hui partout dans le monde, dans plus de 300 grands magasins de premier plan et boutiques spécialisées. Son triomphe est celui du savoir-faire, de l’énergie, du talent, et par-dessus tout d’un attachement féroce à sa propre vision WASP et polissonne.

Pas étonnant qu’il ait reçu une ovation vibrante lors du final : Thom Browne méritait tous les applaudissements.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com