×
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
1 mars 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Thomas Pink serait passé aux mains d’un ex-dirigeant de JD Sports

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
1 mars 2021

Du côté de LVMH, la préoccupation majeure est actuellement de réussir l'intégration du joaillier américain Tiffany. Le géant français du luxe, qui est devenu la plus importante capitalisation boursière d'Europe, a récemment décidé de mettre entre parenthèse le volet mode de Fenty. Le groupe de Bernard Arnault a, selon la presse anglaise, trouvé une issue pour sa marque Pink Shirtmaker, dont le projet de cession avait fuité avant les fêtes de fin d'année. La marque masculine haut de gamme, spécialiste de la chemise dont l'activité était malmenée ces derniers mois, pourrait être sur le point de faire son retour. Selon un communiqué, elle vient d’être rachetée par Nick Preston, un ex-directeur commercial du groupe britannique JD Sports Fashion.



Nick Preston n’est pas un débutant sur le marché de l’habillement pour homme. Cet ancien de Harvey Nichols et House of Fraser a apparemment conclu un accord de rachat pour la marque Thomas Pink et ses droits de propriété intellectuelle, d’après les informations publiées par le Mail de dimanche. En revanche, l’accord ne porte pas sur les boutiques physiques du label, actuellement fermées.

La nouvelle activité aurait été enregistrée aux États-Unis, dans le Delaware. Des rumeurs non confirmées font état de la participation d’un investisseur sud-américain ou de la chaîne mexicaine de grands magasins El Palacio de Hierro. Les parties concernées n’ont pas encore confirmé ces informations, révélées au cours du week-end.

La marque s’appelait auparavant Thomas Pink, mais le groupe français de luxe LVMH, qui l'a racheté en 1999, a changé son nom en Pink Shirtmaker. Elle n’a pas rouvert ses points de vente physiques depuis l’année dernière.

Une nouvelle plateforme en ligne a cependant été lancée en janvier avec le message: "Soyez patients, nous serons bientôt de retour. Nous sommes enchantés d’annoncer que nous revenons à nos origines avec l’équipe qui a aidé à construire Thomas Pink Shirtmakers au fil des années".

Le site web est en cours de préparation pour le relancement du label, selon l’article.

L’année dernière, cette entreprise déjà déficitaire a durement subi les effets de la pandémie, alors que le télétravail devenait la norme pour de nombreux emplois de bureau, notamment dans le secteur financier. Ayant perdu son cœur de cible, la marque a dû fermer ses flagships de Jermyn Street et de la City à Londres, ainsi que deux établissements à l’aéroport de Heathrow. Un autre espace de vente sur Madison Avenue, à New York, a fermé ses portes cet été.

Avec la rédaction France

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com