×
Publié le
19 mars 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

ThredUp, spécialiste américain de la seconde main, veut lever 168 millions de dollars en entrant en Bourse

Publié le
19 mars 2021

ThredUp Inc, soutenu par Goldman Sachs, cherche à lever jusqu'à 168 millions de dollars (141 millions d'euros) par le biais d'une introduction en bourse aux États-Unis, selon un document déposé mercredi par la société de revente de vêtements en ligne.


Facebook: ThredUp



La société a indiqué qu'elle prévoyait de vendre 12 millions d'actions, à un prix compris entre 12 et 14 dollars par action, pour une valorisation d'environ 1,3 milliard de dollars dans le haut de la fourchette.

Les entreprises de commerce électronique ont bénéficié de la pandémie de Covid-19, les consommateurs optant pour des achats en ligne depuis leur domicile. Ainsi de nouveaux acteurs digitaux se sont lancés dans des introductions en Bourse Outre-Atlantique ces derniers mois comme Poshmark ou la maison-mère de l'application de shopping Wish, ContextLogic.

Fondée en 2009, ThredUp revendique avoir permis la revente de plus de 100 millions d'articles uniques provenant de 35.000 marques, selon les documents déposés. Elle comptait environ 1,24 million d'acheteurs actifs et 428.000 vendeurs actifs sur sa plateforme au 31 décembre 2020.

La structure a séduit aux États-Unis, notamment via les services associés à sa plateforme, sur la mise en valeur des produits proposés, mais aussi avec des investissements dans l'intelligence artificielle. La profondeur de son offre est l'un de ses arguments majeurs. Reste que la société va devoir trouver son modèle de rentabilité.

Le chiffre d'affaires de la société a augmenté de 14% l'an passé pour atteindre 186 millions de dollars, tandis que sa perte nette s'est renforcée à 47,9 millions de dollars, contre une perte de 38,2 millions de dollars un an plus tôt.

ThredUp, qui compte parmi ses investisseurs Trinity Ventures, Redpoint Ventures, Highland Capital Partners et Upfront Ventures, a levé 175 millions de dollars lors d'un tour de table en 2019.

La société de revente a déclaré qu'elle utiliserait 500.000 dollars du produit de l'offre pour lancer une fonction de politique environnementale afin de mettre en valeur la réutilisation des vêtements. Goldman Sachs et Morgan Stanley sont les principaux souscripteurs de l'offre.

Les acteurs de la seconde main attirent de plus en plus l'intérêt des investisseurs et des groupes consolidés. Début mars, Vestiaire Collective voyait notamment Kering et Tiger Global Management entrer dans son capital dans une levée de fonds de 178 millions d'euros.

Avec Reuters
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com