×
7 294
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Tilli : la start-up de retouche à domicile qui s'inscrit dans la "slow fashion"

Publié le
today 25 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Si la conscience des impacts écologiques de l'industrie de la mode progresse, le désir de renouveler régulièrement sa garde-robe persiste. S'il est désormais possible de louer des tenues, une autre option s'impose : donner une deuxième vie à ses vieux vêtements. C'est notamment le concept proposé par la start-up Tilli.



En 2016, la Française Beryl de Labouchere a ainsi mis un pied dans l'"upclycling", autrement dit le recyclage haut de gamme. "J'étais au chômage, j'avais huit mariages et je me suis dit 'on va réutiliser ce qu'on a dans le dressing'. Je n'avais pas les moyens ni l'envie d'acheter des robes que j'allais utiliser une seule fois", raconte-t-elle. "J'ai contacté une étudiante en école de mode (...) on a essayé de les retwister, de les rendre plus modernes", poursuit la diplômée en technologies numériques qui fondait un an plus tard Tilli, un réseau de couturières à domicile.

Ses amies ont adhéré à l'idée. "Elles avaient envie de conseil, elles appréciaient le côté intimiste à domicile où on n'est pas dans la retoucherie de quartier".

L'entreprise Tilli est présente aujourd'hui à Paris et dans quatre autres villes françaises (Marseille, Aix-en-Provence, Lyon et Bordeaux) grâce à un réseau d'une quarantaine de couturières qui chaque mois répondent à quelque 500 demandes.

"Le dressing déborde"

Si sa fondatrice confie ne pas avoir "monté Tilli dans une démarche militante écologiste", la possibilité d'offrir une seconde vie à des habits fatigués a répondu à un besoin de consommer autrement. "On se rend de plus en plus compte que notre dressing déborde", dit-elle. Or un jean peut être relooké simplement en changeant ses poches et un rideau aux motifs kitsch peut devenir un sac dernier cri.

Selon une étude récemment publiée par l'Institut français de la mode et réalisée dans quatre pays (France, Allemagne, Italie, Etats-Unis), quasiment la moitié des 5 000 personnes interrogées ont affirmé avoir acheté des habits écoresponsables en 2019.

"Pour moi, c'est un enfer de voir toute cette fast-fashion", commente Anne Tourneux, une styliste installée à Paris et cliente de Tilli. Elle montre un pantalon tailleur des années 90 acheté d'occasion et revisité par une couturière et y voit une manière d'avoir une garde robe personnalisée.

"Pratiquement toutes les matières, qu'elles viennent de chez Zara ou de Christian Dior, peuvent être transformées", estime Chantal Tin, l'une des petites mains de Tilli.

La couturière dit souvent aller à un domicile pour faire l'ourlet d'un pantalon et repartir avec un sac plein d'habits auxquels elle va donner une seconde chance.

Selon elle, les clients de Tilli sont à 40% des hommes. "Une fois qu'ils ont trouvé ce qui leur va bien, ils ne changent pas. Et quand un vêtement est abimé, ils veulent le raccommoder", assure-t-elle.

Tilli travaille aussi directement avec des enseignes et marques de mode. "Nous essayons de les convaincre de nous laisser leurs modèles défectueux ou de leurs collections passées et nous leur donnons une nouvelle allure", explique Beryl de Labouchere.

Une modeste façon de contribuer à éviter un gigantesque gaspillage : pas moins de 30% de la production étant directement mise au rebut.



La rédaction avec AFP