×
Publicités

Tilli met l'upcycling en lumière au BHV Marais

Publié le
26 mai 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Avec l'ambition de digitaliser le métier de couturier, Tilli entend promouvoir la seconde vie des vêtements à travers une série de services de customisation ou de retouches. Et ce grâce à un écosystème de couturiers, modélistes et brodeurs qu'elle fédère en France. Depuis le 15 mai, l'entreprise fondée en 2017 par Beryl de Labouchère dévoile ses atouts au BHV Marais par le biais d'un corner de 35 mètres carrés, qui restera ouvert jusqu'au 14 juin prochain.


Corner au BHV Marais - DR


Au sein de cet espace éphémère, Tilli met en lumière ses solutions d'upcycling, comme par exemple la possibilité de revisiter un basique, réparer un vêtement abîmé, ou de faire naître un sac en toile avec des chutes de tissu.


Affiche pour le BHV Marais - Tilli


Confrontés à la réalité du Covid-19, les couturiers - aussi appelés "tillistes" - qui collaborent avec la marque continuent de confectionner des masques en tissu recyclé. Tilli propose de les livrer à domicile pour ceux qui le souhaitent, et permet aussi leur customisation sur le pop-up du BHV Marais, comme par exemple la broderie des initiales.

En dehors de ce temps fort dans le grand magasin, c'est chez les particuliers que se déplacent les "tillistes", "dans le but de les aider à upcycler, réparer, ou personnaliser un vêtement, dans le champ de la mode mais aussi de la décoration. Des services proposés sur rendez-vous (de 7h à 22h, toute la semaine), que l'on prend sur le site web ou l'application de la marque. Pour l'instant, les villes de Paris, Marseille, Lyon, Aix-en-Provence et Bordeaux sont concernées.


Tilli veut digitaliser le métier de couturier - Tilli


Le but de cette start-up est de "remettre au gout du jour un métier artisanal oublié, un véritable savoir-faire, en l’adaptant aux besoins des citadins, et en permettant à de jeunes couturiers indépendants de rencontrer leur clientèle et de proposer un service totalement personnalisé", exprime l'entreprise, qui va ouvrir sa propre boutique dans la capitale fin juillet, au 1 rue Monnier dans le 9ème arrondissement. Dans une relation B2B, la société, qui a levé 1,2 million d'euros fin 2019, propose aussi aux marques ses services de retouche et de seconde vie des produits.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com