×
5 697
Fashion Jobs
Publicités

Toni Ruiz (Mango) : "Nous serons capables de rembourser notre dette à court terme"

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 12 déc. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

"À seulement cinq semaines de la fin de l'exercice, je peux déjà vous dire que les ventes ont été florissantes, et ce depuis le début de l'année", s'est réjoui Toni Ruiz, le PDG de Mango, lors de l'inauguration du nouveau centre de distribution du mastondonte espagnol de la fast-fashion à Lliçà d'Amunt, à quelques kilomètres de Barcelone, le 27 novembre dernier. D'une superficie de 190 000 mètres carrés, ce gigantesque centre logistique - qui a coûté la bagatelle de 230 millions d'euros - s'inscrit dans la nouvelle stratégie de Mango, telle que l'envisage le PDG Toni Ruiz.


Toni Ruiz, PDG de Mango, et Antonio Pascual, directeur de la chaîne d'approvisionnement - Mango


Les derniers exercices ont été compliqués pour Mango. Un plan de restructuration agressif a fait basculer l'entreprise dans le rouge en 2016. Et si depuis, la marque a réussi à maîtriser ses pertes, elle a encore du mal à engranger des bénéfices. "Nous avons connu plusieurs années difficiles", a reconnu son PDG, qui a pris la tête de Mango en 2018 après en avoir dirigé le département financer. "Nous nous sommes transformés de fond en comble. Les ventes ont été très bonnes cette année. Nous espérons confirmer cette augmentation, et annoncer des résultats positifs d'ici quelques semaines", a déclaré Toni Ruiz  à l'occasion de l'inauguration de la nouvelle plateforme logistique.

De fortes attentes pour 2019

"En 2016, nous avons enregistré une dette nette de 617 millions d'euros. En 2018, nous l'avons réduite à 315 millions d'euros. Une amélioration significative", a indiqué le PDG. "Nous avons terminé l'année dernière avec un meilleur taux d'endettement et cette année, nous nous attendons à une amélioration au niveau de la dette nette et des ventes."

L'an dernier, Mango a signé un accord avec ses créanciers pour refinancer 500 millions d'euros de dette par le biais d'un emprunt syndiqué d'une durée de cinq ans. "Cela nous permet de restructurer notre dette en amont des prochains exercices, tout en étant en mesure de rembourser nos engagements à court terme", a précisé Toni Ruiz. "Évidemment, il y a des projets plus rentables que le remboursement rapide de la dette. Mais d'ici quelques années, la firme Mango sera débarrassée de sa dette."

Sur quels types de projets à haut retour sur investissement l'entreprise travaille-t-elle ? "Nous opérons dans un secteur en constante évolution. La priorité, c'est de remodeler notre portefeuille de magasins et d'investir dans la technologie", a affirmé Toni Ruiz. Mango souhaite transformer sa distribution au détail en améliorant ses capacités omnicanales, et pour ce faire, va privilégier l'ouverture de centres régionaux pour améliorer ses livraisons. "Nous investissons également dans le traitement des données. Pour une entreprise de mode comme la nôtre, il est de plus en plus important d'exploiter la data pour améliorer notre offre, nos opérations et notre stratégie de marketing... Nous avons beaucoup de projets et d'idées pour transformer Mango en une grande entreprise mondiale."


Les deux cadres ont présenté le nouveau site, à Lliçà d’Amunt près de Barcelone - Mango


Par ailleurs, au mois de novembre dernier, la société a annoncé l'émission pour un montant de 200 millions d'euros de titres de créance pour la première fois de son histoire sur le marché alternatif des titres à revenus fixes (MARF). "Nous voulions utiliser d'autres sources de financement (...). C'était une petite somme, rassemblée pour réduire nos coûts de fonds de roulement. Nous n'avons pas d'autres projets de ce type, car nous n'en avons pas besoin", a indiqué Toni Ruiz, qui se veut rassurant auprès des investisseurs.

Améliorations logistiques et stratégies d'avenir



Concernant le nouveau centre de distribution de Lliçà d'Amunt, à Barcelone, Mango fait savoir que les installations seront agrandies de 90 000 mètres carrés supplémentaires avant l'horizon 2023. "Cette expansion nous aidera notamment à mettre sur pied un système plus fluide, pour expédier les produits à nos magasins en même temps que les commandes des particuliers", a expliqué le responsable logistique Antonio Pascual. Actuellement, la plateforme ne dessert que les magasins et les dépôts.

Mais Mango a encore un long chemin à parcourir en termes de RFID (radio-identification), surtout si elle veut concurrencer son concurrent principal, Inditex. Le propriétaire de Zara souhaite appliquer cette technologie de contrôle des stocks pour toutes ses marques d'ici 2020, tandis que Mango ne compte actuellement que 20 magasins équipés. "Nous menons actuellement un projet pilote. Notre intention est de l'étendre à tous nos magasins, a relevé Antonio Pascual. Nous ne savons pas encore combien nous allons investir à ce stade, mais nous savons que nous voulons poursuivre ce projet et que nous allons concentrer nos efforts sur la RFID l'année prochaine."

"Nous avons considérablement amélioré notre gamme de produits, désormais beaucoup plus attrayante. Nous y consacrons beaucoup d'efforts", a développé Toni Ruiz, ajoutant que le parc de magasins va être passé en revue pour "agrandir la surface de vente" afin d'améliorer l'expérience d'achat, l'offre et les services en magasin.

Actuellement, l'enseigne de fast-fashion Mango est présente dans 110 pays sur une surface de vente totale de 800 000 mètres carrés. "Au cours des six derniers exercices, nous avons continué d'étendre notre parc de magasins, tout en augmentant la taille moyenne de nos magasins de 50 %", a affirmé le PDG.

Mango , qui a ouvert un centre d'innovation numérique à Barcelone en avril, "fait des progrès dans (sa) transformation digitale". "Actuellement, 20 % de nos ventes sont générées par le e-commerce," a poursuivi Toni Ruiz. Cette part devrait atteindre 30 % en 2020. "À l'avenir, nous souhaitons que notre entreprise soit davantage focalisée sur l'analyse des données, en utilisant toutes les connaissances dont nous disposons pour progresser." Ses ambitions se réaliseront-elles ? Le rapport annuel, publié prochainement, pourrait donner un début de réponse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com