×
5 484
Fashion Jobs
Par
AFP
Publié le
21 janv. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Toty Flores, un "piquetero" à la semaine de la mode de Buenos Aires

Par
AFP
Publié le
21 janv. 2006

BUENOS AIRES, 21 jan 2006 (AFP) - Loin des manifestations violentes qui étaient naguère son quotidien, le "piquetero" argentin Toty Flores a participé à la dernière semaine de la mode de Buenos Aires. Cet ancien chômeur est aujourd'hui fier de sa petite entreprise qui, dit-il, tisse des liens entre riches et exclus.


Création de Osklen lors de la Fashion Week de Buenos Aires - Photo : Mauricio Lima/AFP

Il y a déjà plusieurs années que cet ancien ouvrier métallo ne bloque plus les routes comme les autres "piqueteros", ces chômeurs radicalisés victimes de la crise argentine qui dans les années 90 menaient ces opérations pour se faire entendre du pouvoir.

"On a bloqué des routes, on a occupé des bâtiments publics, mais aujourd'hui on travaille", explique Toty en montrant ses machines à coudre, données par l'ambassade de Suisse, dans un petit atelier de La Matanza, "On doit livrer 150 T shirts à Médecins du monde", explique-t-il.

Depuis sa rencontre avec Martin Churba, 34 ans, une des stars montantes du design, Toty Flores est un homme occupé.

Il a six mois pour confectionner 100.000 autres shirts, commandés par la coopérative Chico Mendez en Italie, qui participe à un réseau de commerce équitable.

Il a déjà mobilisé six autres ateliers pour cette commande et explique que toute la chaîne de fabrication participe à ce projet de commerce équitable, du coton produit dans le Chaco (nord), une des provinces les plus pauvres d'Argentine, au fil confectionné par une entreprise reprise par ses salariés.

C'est précisément ce contenu social qui a séduit Martin Churba qui travaille le textile pour des vêtements, mais aussi pour des objets de design, lampes ou sacs en laine recyclée ou en coton. Il a d'ailleurs décoré deux hôtels en Argentine.

Le jeune designer privilégie ce matériel, car, explique-t-il, "on peut le transformer facilement, il produit un contact intime et il garde les formes". Ces caractéristiques sont essentielles pour la "philosophie textile" qui l'inspire dans son travail.

"Les produits que nous fabriquons sont très particuliers car ils racontent tous une histoire", explique-t-il en présentant sa nouvelle collection baptisée "Monte" (montagne), inspirée de l'intérieur de l'Argentine.

Avec Toty, c'est une autre histoire qu'il a voulu raconter. "Toty c'est La Matanza, ici c'est Recoleta", le quartier le plus chic de la capitale argentine. "Ce sont deux pôles que tout oppose, mais nous avons pu trouver un territoire commun", assure ce créateur depuis son bureau au premier étage du luxueux hôtel particulier qu'il occupe dans ce quartier emblématique du luxe argentin.

Toty Flores ne dit pas autre chose quand il évoque sa volonté de rapprocher "les exclus de La Matanza de ceux des Country clubs". D'ailleurs, "Martin Churba nous a certes beaucoup apporté, mais nous aussi avons apporté à son humanité", souligne-t-il.

Les deux hommes, qui se sont rencontrés l'an dernier, ont décidé de travailler ensemble, le designer apportant ses idées et le "piquetero" son équipe et ses machines à coudre.

Martin Churba a eu l'idée de leur faire fabriquer des vêtements de travail, des blouses aux couleurs bariolées que le tout Buenos Aires a pu admirer lors de la semaine de la mode.

Comble de cette réussite, c'est à Tokyo où le créateur argentin a ouvert une boutique que ses blouses se sont le mieux vendues. Martin Churba a d'ailleurs le projet d'ouvrir d'ici 2007 une boutique plus importante dans la capitale japonaise.

Par Olivier BAUBE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.