Tranoï joue plus que jamais la diversité et la créativité

C’est un Tranoï assez classique qui se tient à Paris du 26 au 29 septembre. Il propose 550 exposants répartis comme à l‘habitude entre trois lieux : le Palais de la Bourse, le Carrousel du Louvre et Montaigne (7, rond-point des Champs-Elysées).

David Hadida, directeur de Tranoï

Trois implantations au positionnement différent mais avec toujours la part de créativité qui est la patte du salon dirigé par David Hadida, avec son père Armand en directeur artistique. Parmi ces exposants, les Français interviennent pour un tiers de l’offre. "Notamment de petites sociétés à la limite de l’artisanat", souligne David Hadida.
 
Le contingent d’exposants le plus important est au Carrousel avec 350 stands. C’est aussi le lieu le plus ouvert en matière de style. Suivent la Bourse avec 150 marques et Montaigne avec une cinquantaine.
 
Tranoï attend comme à chaque édition un fort contingent de visiteurs étrangers. Lors du salon femme de mars dernier, les Français représentaient 24 % des visiteurs. Suivaient les Italiens (16 %), les Japonais (12 %), Les Britanniques 6 %, Les Allemands et les Américains 6 % chacun, etc.
 
Par activité, les boutiques multimarques sont fortement en tête avec 45 % des visiteurs, Les concept stores, en plein développement, pesaient pour 33 %. Les e-shops intervenaient pour 7,8 %, en troisième position. Les grands magasins pesaient 6,3 % et les bureaux d’achat 7,9 %.
 
David Hadida met aussi l’accent sur le Web. Les exposants de Tranoï ont droit ainsi à une présence virtuelle d’un an sur le site monté par son frère Michael, baptisé BEEtoSEE et lancé il y a juste un an lors du Tranoï au Carrousel du Louvre.
 
Tranoï a même développé une nouvelle application pour smartphones. Le visiteur peut via cet outil se géolocaliser et reconstituer après son passage son parcours dans le salon. Il peut ainsi prévenir ses équipes, souligner tel repérage de stand ou de produit, etc.  Le nouveau site du salon sort aussi pour cette édition.
 
Même si Tranoï s’apprête à débarquer à New York en février prochain, le salon français se dit confiant pour la place de Paris. "Paris, c‘est la mode, souligne David Hadida. Tout le monde vient à Paris pour exposer, pour visiter. C’est bien qu’il y ait plein de manifestations, comme Designers Apartment monté par la Chambre syndicale, comme les Berlinois, etc. Cela conforte la place de Paris."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversSalons
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER