×
7 444
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Tricolor : la laine française veut séduire marques et créateurs

Publié le
today 16 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pour offrir une réponse française à l’omniprésence de laine venues d’Australie et Nouvelle Zélande, l’initiative Tricolore s’est lancée l’an passé avec pour mission de mettre en relation marques et créateurs intéressés avec des éleveurs et industriels. Après une mise à l’honneur via 68 marques participantes sur le dernier salon Made in France, le dispositif qui vient d’inaugurer un showroom à Paris pour montrer les dernières avancées de la laine tricolore exposera sa démarche sur le salon Première Vision qui s'ouvre ce 17 septembre.


Romain Guitet/Tricolor


Au milieu de l’offre made in France, la rareté de cette matière pourrait passer inaperçu, et pourtant. La France exporte chaque année 5 300 tonnes de laine vers la Chine, plus par esprit de débarras que de valorisation. En s’inscrivant dans la continuité des regroupements d’éleveurs souhaitant trouver de nouveaux débouchés pour ce reliquat de l’industrie alimentaire, Tricolor a d’ores et déjà fait bouger les lignes.

« Les Filatures du Parc produisaient un seul fil de laine française l’an dernier, mais elle en proposera bientôt 7 ou 8 » se félicite Pascal Gautrand, directeur de la plateforme Made in Town, qui accueille jusqu’en mars prochain le Bureau Tricolor au 58 rue de Verbois (Paris IIIe), showroom proposant notamment une matériauthèque de laine française.

Une matière dont la variété des propriétés est méconnues. « On utilise à ce jour une quinzaine de race sur les 60 que compte le pays », explique le spécialiste. « Certaines sont souples et douces, donc idéales pour la maille. D’autre plus feutrées peuvent servir à l’ameublement. Certaines retrouvent seules leur volume, idéal pour des tapis… ». 


Pascal Gautrand devant l'espace Tricolore (Paris IIIe) - MG/FNW


Une laine tricolore qui a évidemment un prix : 600 kilos de laines lavées fournissent 300 kilos exploitables, pour un mérinos d’Arles vendu environ 23 euros le kilos, contre 18 euros pour une laine étrangère. Un autre élément notable est la capacité de cette filière à pouvoir répondre aux besoins en petites quantités des créateurs. « La Société Choletaise de Fabrication travaille sur un minimum de 100 mètres, mais il est possible de tramer plusieurs races et différents types de maillage au sein même de cette longueur. Il est donc permis une certaine souplesse via la mutualisation des commandes » souligne Pascal Gautrand.

Pour l'heure, le bureau Tricolor expose les créations et travaux d'Atelier Chatersèn x Luigi Priolo, d'Atelier Pok, d'Ateliers de la Bruyères, ainsi que de Filatures du parc, Lola Gibert, Lily Latify, sans oublier Le Passe-Trame, Whol et Florence Wuillai.


Races et industriels concernées par le projet Tricolor - Tricolor


Après le succès rencontré par le forum de tendance dédié à la laine française sur le dernier salon Made in France, Tricolore sera du 17 au 19 septembre est donc présent sur l’espace Smart Création de Première Vision Paris, qui se tient au parc des expositions de Villepinte.

Un cycle de conférence viendra par ailleurs mensuellement éclairer un aspect des métiers et possibilités créatives de la laine. Les prochains sont fixés au 10 octobre, 28 novembre, 12 décembre, 16 janvier et 6 février. Des rendez-vous qui donneront la parole à des professionnels, et qui aborderont des thématiques comme l’élevage, la maille, les colorants, mais également le marketing et le management.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com