×
Publicités
Publié le
16 janv. 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Trois révélations ont ouvert le bal à Paris

Publié le
16 janv. 2018

Temps gris pour l'ouverture de la Fashion Week parisienne. Mais grandes foules – Amanda Lear et l’équipe du Manko Paris en guests - pour le premier défilé au calendrier de l’Espagnol Adolfo Gomez Palomo et sa griffe Palomo Spain.


Palomo Spain - Fall-Winter2018 - Menswear - Paris - © PixelFormula


Présentée dans un appartement de la place des Vosges, la collection inspirée par l’univers de la chasse et les portraits de Velasquez faisait entrer dans une forêt d’arbres et de sapins sous lumières blanches (peu flatteuses) qui servaient de décor aux silhouettes toujours théâtrales du créateur.

Une collection légèrement plus sobre que précédemment, où les garçons portent short bouffant sur chemise de cuir noir, long manteau à traîne, corset, cape, combinaison… Une vision lyrique et poétique de la panoplie du chasseur et dont les chapeaux à plumes signés de la maison espagnole Tolentino sublimait toutes les tenues.

Typiques du créateur, les autres silhouettes devenaient plus folles, déployant culottes, combinaisons à paillettes, robes lamées, fourrures à la Liberace, les garçons juchés sur talons s’y prenant parfois les pieds. Du plus bel effet : la série de jambières en cuir revisitant le mythe du cow-boy et laissant paraître les fessiers.

Basé à Londres, le créateur sorti du London College of Fashion s’est d’abord révélé à New York avec son défilé Orlando, inspiré d’un livre de Virginia Woolf, avant de faire le tour du monde de la presse et des réseaux sociaux avec sa robe portée par la chanteuse Beyoncé à l’occasion de la naissance de ses jumeaux. Il avait aussi défilé à Madrid en septembre dernier, son Hotel Palomo faisant défiler modèles en tenue de groom, en robe du soir, langoureuse, à franges, froufrous et paillettes. Un show auquel participait l’actrice Rossy de Palma.


Namacheco - Fall-Winter2018 - Menswear - Paris - © PixelFormula


Ambiance radicalement différente chez Namacheko, qui choisissait à 19h l’espace Niemeyer du nom de l’architecte brésilien de la place du Colonel Fabien et siège du Parti communiste. Dans la salle du Conseil national, sous le dôme blanc étonnant, Dilan Kurr, suédois de nationalité et kurde d’origine, présentait la seconde collection au calendrier de la griffe fondée avec sa sœur Lezan. Ambiance plus reposée, légèrement soporifique dans le choix de la musique.

Une mode graphique, classique, s'inspirant de la palette de couleurs du peintre Francis Bacon, jouant sur les matières chaudes, les laines, le Kvadrat, la soie, la fourrure, mixant ainsi les origines des créateurs à une vision contemporaine du vêtement, voire futuriste par son travail des volumes, des coupes, des superpositions aussi.
 
Et pour conclure cette première journée, le collectif derrière GmbH se réunissait lui à l’Aérosol, lieu de street-art du 18e arrondissement et ancien hangar de la SNCF. Un défilé en extérieur surprenant tout le monde, en plein déluge, mais protégé du vent.

GMBH - Fall-Winter2018 - Menswear - Paris - © PixelFormula


Une ambiance qui collait parfaitement avec l’esprit berlinois du collectif emmené par le photographe d’origines pakistanaise et norvégienne Benjamin Alexander Huseby (un habitué des magazines Dazed et Purple, shootant aussi pour Adidas et Lanvin) et du designer allemand d’origine turque Serhat Isik.

Après avoir consacré en juillet dernier leur collection au rêve utopique d’une Europe sans limites, faisant écho à leurs racines et à la richesse du Moyen-Orient, GmbH s’inspirait pour ce nouveau défilé des récentes découvertes sur les origines des Vikings.

Certainement le défilé le plus réussi de la journée, et la musique la plus revigorante du jour (un remix electro de la chanteuse allemande Nico), ingénieux dans ses influences et ses looks à l'image des nombreux sweats aux motifs nordiques croisant des influences sport et moto-cross. Etaient à voir aussi leurs costumes aux coupes avantageuses, le pantalon décliné de toutes les façons, en PVC notamment, denim, argenté, en taille haute avec blousons de velours... Une mode inspirée et terriblement sexy.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com