×
Publicités
Par
AFP
Publié le
6 avr. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Troyes : l'usine Petite Bateau a reçu la visite de François Hollande

Par
AFP
Publié le
6 avr. 2017

François Hollande, en visite à l'usine Petit Bateau de Troyes, a salué la « grande tradition » textile de la région et vanté le « savoir-faire français », insistant sur la nécessaire « ouverture sur le monde » contre les « barrières du protectionnisme ».

AFP


« Vous êtes issus d'une grande tradition (...) vous avez inventé un modèle, un savoir-faire qui vaut non seulement pour l'Aube, mais pour la France entière », a déclaré François Hollande devant les employés de l'usine Petit Bateau qui l'ont longuement applaudi. « Dans le contexte que l'on connaît, finalement nous serions plus heureux si nous ne fabriquions que pour les consommateurs français (...) c'est le pire des calculs », a dit le chef de l'Etat.

« Nous n'avons pas besoin des barrières du protectionnisme mais au contraire (...) d'ouverture sur le monde », a poursuivi François Hollande, dans une allusion au programme de certains candidats à l'élection présidentielle prônant la sortie de l'Union européenne.

Félicitant les employés des différents ateliers, il a loué « l'investissement dans la formation » de la part de l'enseigne de textile français et affirmé que les « coûts de production avaient été améliorés » grâce aux politiques de baisse de charges du gouvernement.

Le chef de l'Etat a également vanté l'image de la marque évoquant la « touche Petit Bateau, son goût, son style ». « Vous avez compris que pour durer, il faut toujours essayer de se renouveler », a assuré François Hollande.

« Quand je voyage, on me parle des technologies que l'on vend, les Airbus, les Rafale, mais on me parle aussi de l'identité, de la singularité française (...) la beauté, la mode, la gastronomie, c'est ce qui fait la culture française, vous y participez aussi pleinement avec la qualité de vos vêtements », a-t-il conclu.

Cette visite au secteur textile intervient dans un contexte difficile pour l'habillement tricolore. Du groupe Vivarte se séparant de la moitié de ses enseignes et supprimant plusieurs centaines d'emplois, à Mim confronté à une probable liquidation judiciaire, en passant par Kindy qui cherche le salut dans un repreneur, la liquidation d'Eleven Paris, ou encore un rarissime débrayage dans les ateliers Louis Vuitton.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.