×
Publicités

True Religion se place à nouveau en faillite

Par
Reuters
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
15 avr. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Aux États-Unis, la pandémie de coronavirus a fait une nouvelle victime dans le secteur de la mode, rudement affecté par les mesures de confinement. Lundi 13 avril, la marque de denim True Religion Apparel a demandé à se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites — pour la seconde fois en moins de trois ans.


Twitter @TrueReligion


Dans sa demande, le label né en 2002 à Los Angeles explique qu'il aurait préféré attendre la fin du confinement, période de grande instabilité pour les marchés financiers, mais qu'il "ne pouvait tout simplement pas se permettre de le faire".

Selon le dossier déposé le lundi 13 avril, le passif estimé de True Religion se situe entre 100 et 500 millions de dollars (91 et 459 millions d'euros).

Michael Buckley, PDG de la marque américaine, annonce que les principaux créanciers de True Religion injectent actuellement des fonds pour restructurer la société dans le cadre du chapitre 11 de la loi sur les faillites.

"À court terme, et jusqu'à la réouverture de nos magasins, nous allons continuer à miser sur nos activités de e-commerce, comme avant le dépôt de notre demande", explique-t-il.

À l'heure actuelle, une grande partie de la population est confinée aux États-Unis. Quant aux détaillants américains, ils ont été obligés de fermer leurs magasins pour tenter d'enrayer la propagation du virus.

Si les experts en santé publique confirment l'efficacité de ces mesures, celles-ci étranglent l'économie américaine et provoquent d'importantes réductions des volumes de production, des licenciements et l'inquiétude des analystes, qui craignent une grave récession.

Les grands distributeurs américains Macy's, Kohl's et Gap ont déjà licencié des dizaines de milliers d'employés dans le cadre de mesures drastiques de réduction des coûts visant à renforcer leurs réserves de trésorerie.
 

© Thomson Reuters 2020 All rights reserved.