Tudo Bom met entre parenthèses son activité

Jusqu’à la fin de semaine, Tudo Bom liquide ses stocks de produits dans ses boutiques et sur son site internet. La marque, qui s’appuie sur des équipes en France et au Brésil, annonce la fermeture de ses points de vente parisiens du 8 rue des Abbesses et du 19 rue Pavée.
Tudo Bom, qui faisait face à de gros problèmes de rentabilité, stoppe l'activité de ses boutiques. Visuel Tudo Bom.


Pour la marque, cet arrêt n’est pas seulement la fin de son activité retail. Tudo Bom, dans un mail envoyé à ses clients, explique en effet qu’elle met aussi en stand-by sa filière brésilienne.
"Le site internet, lui, continue, mais il n'y aura pas de nouvelle collection cet été", précise la marque qui explique qu’elle n’est pas à l’équilibre financièrement.

Problème de rentabilité

La marque revendique une croissance de 50 % de son activité en 2013 par rapport à 2012. L’année précédente, son chiffre d’affaires avait déjà progressé de 24 %. Mais Tudo Bom semble ne pas avoir su maîtriser cette évolution. Et sa rentabilité s’est effondrée.

Après un exercice 2011/2012 clos le 31 mars 2012 avec une perte nette de plus de 800 000 euros, selon les chiffres déposés au tribunal de commerce, en 2012/2013 sa perte était de 1,6 million d’euros, pour un chiffre d’affaires de 653 000 euros.
"Nous avons rêvé depuis 10 ans une marque verticalisée, des champs de coton du Nord-Est brésilien aux magasins parisiens, explique la marque dans sa communication. Peut-être que cela fait trop de combats à la fois. L'optimisme aurait-il une limite ? Nous continuons de penser qu'il y a plus que jamais besoin d'une marque qui diffuse cet optimisme et cette énergie brésilienne que nous aimons tant. Mais Tudo Bom doit trouver un meilleur modèle économique. Alors même que nous voulons le remettre en question, le rythme effréné du secteur du prêt-à-porter nous rattrape et nous pousse à rentrer dans la course poursuite: nouveautés permanentes, durée de vie "commerciale" très courte des produits, guerre des promotions. Nous ressentons le besoin de prendre un peu de recul".

Tudo Bom, fondée par Jérôme Schatzman il y a dix ans, revendiquait un modèle d’économie solidaire allant des producteurs de coton brésilien jusqu’à la distribution en boutiques. La marque a compté jusqu’à une dizaine de salariés en France, cinq au Brésil, 35 couturières et 152 producteurs de coton bio impliqués dans son projet.

En 2011, la marque, qui était distribuée dans une soixantaine de multimarques, avait franchi un cap avec l’ouverture de sa seconde boutique parisienne, sur la rue Pavée. A l’époque, Tudo Bom venait de procéder à une levée de fonds avec l’entrée de Reinold Geiger, président de l’Occitane, à hauteur de plus de 20 % de capital.

L’ambition de l’époque était de développer un réseau de 5 à 10 boutiques à moyen terme. Nous n’avons pu joindre Jérôme Schatzman pour détailler les raisons précises de cette mise entre parenthèses de son activité et les projets de relance.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

TextileDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER