Typology défie les codes de la cosmétique en France

Ce n'est autre que Ning Li, monsieur Myfab (service d'e-commerce) et Made.com (mobilier en ligne), qui est à l'origine du projet Typology. Lancée en février dernier, la marque française s'est attaquée à la vente en ligne de cosmétiques d'origine naturelle. Une volonté de la part de l'entrepreneur à succès de challenger l'industrie de la beauté aujourd'hui dominée par les grands groupes (L'Oréal, Estée Lauder, Unilever). La recette de Typology ? Internaliser au maximum les opérations de production afin de supprimer les intermédiaires et ainsi proposer un très bon rapport qualité-prix. Le tout en misant sur une transparence totale et une présence exclusivement digitale.


Ning Li, le fondateur de Typology - © Typology

« Plus on met d'intermédiaires, plus les prix augmentent », explique Emin Sassi, directeur de la communication chez Typology. C'est sur ce parti pris, qui a déjà fait le succès de Made.com, que la marque s'appuie pour tirer son épingle du jeu. « Notre équipe d'experts pense les produits, qui sont ensuite développés en interne par notre propre formulatrice avant d'être produits dans trois laboratoires français », poursuit-il. Si le sourcing de certaines matières naturelles comme l'huile de jojoba est fait à l'étranger, Typology revendique sa fabrication 100 % française. « La France est le pays historique de la cosmétique, pourquoi aller chercher une expertise ailleurs ? » explique Emin Sassi.

Outre ce développement centralisé, l'ADN de la marque repose sur une volonté de produire des cosmétiques naturels en misant sur l'éthique et la transparence. Typology a donc choisi de retirer toutes les matières inutiles voire controversées qu'elle a inscrites dans une « blacklist » sur son site Internet. La marque a également misé sur une esthétique minimaliste pour séduire sa clientèle. « Le marketing de la beauté veut que le packaging soit tout autant attrayant que le produit », souligne le directeur de la communication de Typology. « Chez nous, ce qui compte, c'est ce qu'il y a à l'intérieur du contenant, pas ce qui l'entoure ». Des flacons réduits donc, transparents, facilement transportables et réutilisables ensuite par la marque.


Un exemple des huiles de la gamme Raw - © Typology

Cinq gammes de produits ont jusque-là vues le jour : Raw (des produits avec des matières brutes à mélanger), Lab (des sérums ultra-concentrés en actifs), Ten (des formules à dix ingrédients), Woman (des produits adaptés au cycle menstruel féminin) et enfin Shake (des soins à fabriquer soi-même). Toutes sont disponibles uniquement en ligne sur le site de Typology et la marque prévoit déjà le lancement de trois nouvelles gammes en septembre prochain pour étoffer son offre.

Typology ne compte donc pas s'arrêter là. Avec une première levée de fonds en février 2019 d'un montant de 10 millions d'euros faite par plusieurs investisseurs (Alven Capital, Marc Simoncini, Xavier Niel, Firstminute Capital), la marque veut asseoir sa stratégie numérique. « Nous sommes ouverts à la Belgique depuis trois semaines », indique Emin Sassi. « L'Union européenne devrait suivre puis l'international, à l'exception de la Chine ». Un parti pris éthique : la marque ne souhaite pour le moment pas se déployer en Chine, où les produits cosmétiques étrangers doivent d'abord être testés sur des animaux avant d'être commercialisés.

Malgré un lancement très récent, Typology espère réussir à rapidement challenger les grands de l'industrie de la beauté grâce à son modèle inédit. La marque prévoit ainsi de doubler ses effectifs d'ici à fin 2019 pour atteindre une quarantaine d'employés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

CosmétiquesBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER