×
Publicités

UK : 24 000 emplois déjà supprimés dans le commerce "high-street"

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
6 juil. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alors qu'en France ce sont 150 à 300 000 emplois qui seraient actuellement menacés dans le commerce, la situation est également inquiétante chez nos voisins du Royaume-Uni. Les grandes enseignes du commerce "high street" y ont déjà supprimé 24 000 postes cette année. Et, selon les chiffres publiés par le Centre pour la Recherche dans le Retail (CRR), 31 628 emplois supplémentaires sont encore susceptibles d’être supprimés en raison d’une vague de fermetures de boutiques. Ceci alors que les commerces redoutent également de voir le Covid-19 bouleverser profondément les habitudes d’achat des Britanniques.


Certaines marques britanniques, comme John Lewis, ferment des boutiques et suppriment des emplois pour préserver leurs finances - John Lewis


Au total, près de 56 000 travailleurs du secteur de la vente au détail ont été affectés par les faillites en cascade déclenchées par la pandémie de coronavirus. C’est bien plus que les 46 500 travailleurs qui ont été affectés par des cessations d’activité pour toute l’année 2019.

Certaines de ces suppressions de postes sont directement liées aux fermetures de boutiques : des marques comme Laura Ashley, Monsoon Accessorize, Cath Kidston et Debenhams ont annoncé devoir procéder à des fermetures permanentes afin d’éviter la faillite.

Pour le moment, 2 630 points de vente ont été fermés depuis le début de l’année, contre 2 051 pour l’année 2019 entière. Les conditions du marché devraient encore empirer au cours des prochains mois et les spécialistes avertissent déjà du fait que ces chiffres pourraient n’être que "la partie émergée de l’iceberg".

Soumises à une intense pression en raison de la perte d’activité causée par le confinement, de nombreuses marques cherchent à réduire leurs coûts. John Lewis, Harrods et Arcadia vont procéder à des licenciements pour tenter de sécuriser leurs finances.

Le directeur du CRR Joshua Bamfield explique : "Les mesures de chômage partiel vont prendre fin dès le mois prochain et le moratoire sur les loyers ne va durer que jusqu’en septembre. Le deuxième semestre pourrait être désastreux pour les boutiques physiques", estime le responsable. "Le gouvernement devrait abaisser la TVA à 15 % et proposer un stationnement gratuit sur tous les parkings lui appartenant pour les six prochains mois afin d’encourager les clients à revenir en boutiques. Les toilettes publiques devraient aussi être rouvertes".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com