×
Publicités
Par
AFP
Publié le
18 oct. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Un chercheur français dévoile les secrets de l'encens, un des plus vieux parfums du monde

Par
AFP
Publié le
18 oct. 2016

Un chercheur niçois a identifié les deux molécules composant la note de fond de l'encens, un des parfums les plus anciens du monde à l'odeur « vieille église » caractéristique, tiré de la sève d'un arbre des bords du golfe d'Aden et de la mer Rouge.


AFP


"La note de tête et la note de coeur de l'encens étaient connues et n'avaient rien de très original. En revanche, la note de fond qui fait cette note un peu "vieille église", personne ne savait vraiment d'où ça venait et c'est ça que j'ai réussi à identifier de manière irréfutable", indique Nicolas Baldovini, 43 ans, chercheur à l'Institut de chimie de Nice (CNRS et Université de Nice-Sophia-Antipolis).

Dans un parfum, la note de fond est celle qui reste quand les autres composants les plus volatils se sont évaporés. Dans l'encens, il s'agit de deux composants, baptisés « acides olibaniques », du nom latin de l'encens « oliban » et dont la formule permet de reproduire un encens de synthèse.

Utilisé depuis plus de 6.000 ans dans toutes les civilisations depuis la Mésopotamie, et longtemps transporté par caravanes depuis le pays de la légendaire reine de Saba (sud-ouest de l'Arabie), l'encens avait conservé son secret en raison des très faibles quantités de ces substances odorantes.

Un brevet pour l'utilisation des deux molécules dans des compositions parfumantes a été déposé avec le négociant et industriel de Vallauris Albert Vieille, partenaire de la recherche, publiée ce mois-ci dans la revue de référence Angewandte Chemie International Edition.

Albert Vieille cherche une méthode éprouvée pour produire à grande échelle et vendre en parfumerie cet ingrédient cité dans la Bible où il figure parmi les cadeaux offerts par les Rois mages.

"Pour les parfumeurs, c'est intéressant d'avoir cet ingrédient pour mettre dans leurs compositions parfumantes et du point écologique aussi : c'est un arbre un peu surexploité, produit dans des zones politiquement délicates et la matière première est à préserver", ajoute Nicolas Baldovini. "Il y aurait moyen de faire des compositions sans avoir prendre des matières premières naturelles".

Actuellement, "la traçabilité botanique de l'encens est fumeuse", remarque-t-il puisqu'il arrive par bateau de zones en guerre comme la Somalie ou le Yemen, mais aussi l'Ethiopie ou le sultanat d'Oman, où cette petite gomme-résine grosse comme un caillou est parfois chiquée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.