×
5 787
Fashion Jobs
Publicités

Un Christian Louboutin vif et anticonformiste de retour au Pitti

Traduit par
Lionel Tixeire
Publié le
today 14 juin 2017
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mardi, Christian Louboutin a fait un retour triomphal au Pitti, en transformant la célèbre Piazza Santa Maria Novella en terrain de bike polo, sans manquer de divertir rédacteurs de mode et fashionistas avec ses bons mots et son humour pince-sans-rire. 

L'équipe de bike polo de Christian Louboutin - Christian Louboutin


Louboutin est sans aucun doute le plus grand chausseur français. A travers sa conversation et son style, il reste toutefois un anticonformiste, extrêmement fier de son indépendance.

« Je n'ai pas à faire quoi que ce soit. Je ne travaille qu'avec les gens que j'aime, et si le sentiment n'est pas là, pourquoi se déranger ? », déclare ainsi le créateur, qui a ouvert sa première boutique dans un minuscule local du passage Véro-Dodat dans le Ier arrondissement parisien. C'était en 1992. Sa marque a depuis beaucoup grandi, et annonce plus d'un million de paires de chaussures vendues par an.

«En fait, je voulais juste créer des chaussures. Mais pour cela, je devais créer une entreprise et aussi ouvrir un magasin. Et à partir de là, les choses ont grandi toutes seules », affirme-t-il encore. Il exploite aujourd'hui 126 magasins à travers le monde.

Pour le Pitti, il a revu sa sneakers Aurelien avec de nouvelles couleurs, comme le rouge porté par ses joueurs de bike polo. Tout comme Yorgo Tloupas, le directeur artistique français et membre de Raclette Party, une des huit équipes du tournoi. Et comme toujours, la semelle rouge sang vernis reste le logo le plus célèbre de la marque.

Il y a une vingtaine d'années, Christian Louboutin avait organisé une grande mise en scène dans une villa dans les collines surplombant Florence.

« Depuis, nous avons développé l'offre masculine, et nous voulions nous rendre au Pitti, et retrouver son ambiance décontractée. Un mélange de sport et de décontraction », a ajouté le franco-égyptien, entre deux bouchées de pizza. 

La nouvelle sneakers Aurelien de Christian Louboutin - Christian Louboutin


« Je n'aime pas me vanter, mais quand j'ai vendu un million de paires de chaussures pour femme cette année, cela m'a vraiment rendu heureux », a déclaré Christian Louboutin, qui a aussi fait remarquer qu'un quart de ses ventes se font aujourd'hui avec les accessoires masculins – ce qui signifie qu'au total, il vend 1,25 million de paires par an. Etant donné que chaque paire se vend en moyenne à plus de 500 euros, son chiffre d'affaires total atteint un montant notable. La valorisation de son entreprise pourrait même dépasser le milliard d'euros. Pas si mal pour un chausseur largement autodidacte.

Après avoir passé un an en Inde dans sa jeunesse, il est retourné à Paris armé d'une série de croquis qui lui ont permis de dessiner ses premières chaussures pour de grandes griffes comme Chanel et Saint Laurent, avant de faire le grand saut et d'ouvrir sa propre maison.

Son ADN est toujours vif et parisien, « mais d'une manière irrévérencieuse. C'est important. A Paris, il y a toujours ce sens de l'équilibre entre élégance et sexualité ».  Il possède maintenant ses propres ateliers à Parabiago en Italie. Il a aussi commencé à créer des sacs à main et, depuis 2012, il a lancé une ligne beauté avec Batallure Beauty. Mais il reste prudent concernant ses partenaires de travail. 

« Je suis allé à Portland pour visiter Nike. Je pense que les chaussures techniques sont belles au gymnase, mais selon moi elles ont trop de limites, même si j'aime les sneakers. » 

A Paris, il se rend au travail en Vespa. Il partage sa vie entre le sud du Portugal et l'Egypte, où il possède une maison. Il est aussi connu pour avoir poursuivi en justice de grandes marques comme Zara ou encore Saint Laurent, et il a envoyé de nombreux avis de copyright à Google pour que soient retirés des sites commercialisant des contrefaçons. Clairement, il ne faut pas s'en prendre à Christian Louboutin.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com