×
Publicités
Publié le
30 sept. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Un Européen va diriger la maison-mère de Tommy Hilfiger et Calvin Klein

Publié le
30 sept. 2020

En 2021, la maison-mère de Tommy Hilfiger et Calvin Klein sera dirigée par un Européen venu de l'industrie de la fast fashion. PVH, qui réalisait l'an passé plus de neuf milliards d'euros de chiffre d'affaires, annonce que Stefan Larsson sera, à compter de février prochain, son nouveau directeur général (CEO).


Emanuel Chirico va laisser son siège de CEO à Stefan Larsson en février prochain



Le dirigeant suédois a rejoint en juin 2019 le groupe dirigé depuis 2006 par Emanuel Chirico. A 63 ans, celui qui est aussi et va rester président du conseil d'administration a donc trouvé son successeur avec cet ancien cadre d'H&M pour qui le Board avait créé un poste sur mesure de président  des marques. Après près d'un an et demi d'observation de l'activité du groupe et de réflexions entre les deux dirigeants sur les stratégies à court et moyen termes, le futur patron de 46 ans est donc officiellement confirmé.

Pour autant son profil n'est pas sans aspérités. Après une quinzaine d'années au sein de H&M, le dirigeant avait traversé l'Atlantique pour prendre, au sein du groupe Gap, la direction d'Old Navy. Fort du développement de l'enseigne, notamment en Asie, Stefan Larsson avait attiré les regards d'autres grands groupes américains.

Et le golden boy avait notamment séduit Ralph Lauren et le conseil d'administration du groupe new-yorkais. Recruté en 2015 pour révolutionner l'organisation du géant américain du prêt-à-porter et refondre notamment sa chaîne d'approvisionnement et la construction de son offre, le dirigeant n'avait pas su trouver le ton. Et après seulement 18 mois au sein de la société, avait dû se retirer en raison, officiellement selon Ralph Lauren lui-même, de « points de vue différents sur la manière de faire évoluer les volets créatif et de relation avec le consommateur ».

A priori, son point de vue est donc plus en adéquation avec le bureau de PVH, qui a par ailleurs vu le PDG du groupe sur l'Europe, Daniel Grieder, quitter ses fonctions en début d'année pour rebondir, lui aussi début 2021, chez Hugo Boss.

Les défis seront toutefois au rendez-vous pour le prochain CEO. Avec la pandémie de Covid-19 et les mesures sanitaires associées, le groupe a vu ses ventes se contracter de 33% sur son deuxième trimestre par rapport à 2019. Il table sur un repli de 25% au second semestre. Le groupe va donc devoir s'adapter à ce contexte et gérer notamment les importants stocks de produits de l'été dernier. Par ailleurs, le groupe a annoncé sa volonté de se séparer de son pole Heritage Brands (Izod, Van Heussen...).

«Avec Stefan comme prochain PDG, nous sommes bien placés pour naviguer dans un paysage retail en évolution rapide, stimuler la pertinence des marques et répondre aux besoins de nos consommateurs, tout en positionnant l'entreprise pour une croissance à long terme», a estimé déclaré Emanuel Chirico par voie de communiqué. «L’expérience mondiale de Stefan, sa concentration sur le consommateur et ce qu'il a déjà accompli par le passé sont des atouts pour que PVH réussisse dans la "nouvelle normalité" ».

Le groupe emploie plus de 40 000 personnes dans le monde entier.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com