×
Publicités
Publié le
28 août 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Un nouveau chapitre s’ouvre pour Ballantyne

Publié le
28 août 2015

Nouveau départ pour Ballantyne. Après les déboires traversés ces dernières années, l’historique maison de cachemire écossaise fondée en 1921 change de mains. Rachetée en 2004 par le fonds italien Charme Investments, de l’ex-patron de Ferrari Luca Cordero di Montezzemolo, la griffe a été cédée pour 6 millions d’euros au styliste italien Fabio Gatto via l’entité Corso Italia spa.

Ballantyne va mettre l'accent sur un look plus fashion


Cette société avait été créée en 2014 pour permettre à la marque de rester sur le marché, tandis que l’ex-société de Ballantyne, criblée de dettes, était mise en liquidation. En 2012, Ballantyne avait réalisé un chiffre d’affaires de 14,4 millions d’euros avec des pertes s’élevant à 7,7 millions d’euros, qui étaient montées à 12,8 millions d’euros au 30 septembre 2013.

« Les actionnaires de Ballantyne m’ont appelé en octobre 2013 pour me demander d'en reprendre la direction artistique. J’ai accepté, pour tenter de stopper l’hémorragie. Très vite, j’ai compris que la marque avait du potentiel, mais qu’il fallait repartir de zéro et je leur ai proposé de reprendre le label en licence pour en gérer directement la production et la distribution. J'ai conclu l'opération le 7 août dernier en rachetant la marque et Corso Italia spa », explique à FashionMag.com Fabio Gatto.

Styliste passionné de produit et « amoureux de la matière », l’homme originaire de Trévise, en Vénétie, a travaillé pour de nombreuses marques à travers son agence créative homonyme et ouvert plusieurs boutiques multimarques. Il est aujourd’hui le président et directeur créatif de Ballantyne, tandis que son fils, Umberto Gatto, en est l’administrateur délégué.

Fabio Gatto, le nouveau propriétaire et DA de Ballantyne


En 2014, Fabio Gatto a redéfini entièrement le réseau de distribution de Ballantyne qui n’était pas en ligne, selon lui, avec le niveau et le perçu de la marque. « Nous voulons proposer un produit équilibré, de bon goût, innovant et de très grande qualité. Le nouveau consommateur de Ballantyne ne peut plus être uniquement un client nostalgique des célèbres motifs losange », souligne-t-il.

Et de noter le grand potentiel de la griffe, qui « a la possibilité de jouer sur deux tableaux, à la fois sur la tradition et sur un segment beaucoup plus fashion, avec une commercialisation sur ces deux types de positionnement ».

Actuellement, Ballantyne est distribuée en Italie à travers 190 boutiques pour la femme et 220 pour l’homme, et compte 350 clients multimarques à l’étranger. Les ventes sont réalisées à 70 % dans la péninsule, suivie par la Corée du Sud et le Japon. Son premier objectif est de se développer en Europe, notamment en France, Allemagne et Royaume-Uni, tandis qu’elle vise un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros pour 2016.

Ballantyne mise sur la femme pour se relancer


Pour l’instant, les collections se concentrent sur le cœur de métier, à savoir la maille, enrichies de pièces complémentaires, tels pantalons, vestes et chemises, conçues pour « créer un esprit et une allure Ballantyne ». L’entreprise travaille notamment sur un type de veste rembourrée non pas à la plume, mais par du cachemire. En un an, la femme, qui représentait 15 % des ventes, est passée à 50 %.

La production est réalisée en grande partie en Italie et en Europe en ce qui concerne le très particulier procédé intarsia. Une collection capsule, d’abord masculine, et par la suite féminine, sera prochainement produite en Ecosse, tandis qu’en septembre sera dévoilée une mini-collection réalisée avec l’illustratrice italienne Olimpia Zagnoli.

« Je ne crois plus aux gigantesques collections de 500 pièces. Je suis davantage stimulé par la création de petites histoires, qui puissent accompagner une collection de base en collaborant avec différentes personnalités », conclut Fabio Gatto.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com