×
5 878
Fashion Jobs
GROUPE BEAUMANOIR
Acheteur (H/F)
CDI · PARIS
RALPH LAUREN
Chargé de Développement RH (H/F)
CDI · PARIS
LANCEL SOGEDI
Responsable Approvisionnement Produits Finis et Packaging - H/F
CDI · PARIS
CHANEL
Chef de Projet Développement Outils Visual Merchandising Mode
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Montpellier Polygone
CDI · MONTPELLIER
LA HALLE
Merchandise Planner - PAP Homme (H/F)
CDI · PARIS
ABSOLUT CASHMERE
Chargé de Gestion Commerciale Wholesale (H/F)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Calvin Klein - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
SIMONE PERELE
Responsable Marketing et Communication
CDI · CLICHY
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Brest - CDI
CDI · BREST
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Acheteur / Développeur Matières Annexes F/H
CDI · LES HERBIERS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 25h - F/H
CDI · PARIS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 20h - F/H
CDI · PARIS
TOD'S
Retail Back Office Coordinateur (H/F)_ Tod's Faubourg
CDI · PARIS
ROUJE
Chef de Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial et Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Administration Des Ventes (H/F)
CDI · PARIS
RETAIL CONSEIL
Recruitment Officer, Luxury Retail
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Manager Des Ventes - Vélizy 2 H/F
CDI · VÉLIZY-VILLACOUBLAY
Publicités
Traduit par
Véronique DOTRAUX
Publié le
6 oct. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Un rapport de Vestiaire Collective et du BCG évalue à la hausse le marché de la seconde main

Traduit par
Véronique DOTRAUX
Publié le
6 oct. 2022

Nous savons tous que la revente est en pleine expansion, mais une nouvelle étude du Boston Consulting Group (BCG) et du spécialiste de la seconde main Vestiaire Collective dévoilée ce mercredi révèle que son rythme de croissance semble s’accélérer et que son potentiel est énorme.


Mytheresa a signé un partenariat de revente avec Vestiaire Collective - Facebook: Mytheresa


Selon l’étude, la valeur estimée du marché de la revente de vêtements, chaussures et accessoires se situe entre 100 et 120 milliards de dollars (entre 101,15 et 121,38 milliards d’euros), soit plus du triple qu’en 2020.

Autrement dit, le marché de l’occasion représente déjà 3 à 5% de l’ensemble du secteur de l’habillement, des chaussures et des accessoires. Et il pourrait atteindre jusqu’à 40%. 

Pour l’heure, les consommateurs qui achètent des produits de seconde main déclarent que ces pièces représentent environ un quart de leur garde-robe. Mais ce chiffre devrait gagner les 27% dès l’an prochain. 

À la tête de cette tendance, la génération Z, qui est la plus susceptible d’acheter (31%) et de revendre (44%) des articles d’occasion, talonnée de près par les millennials.

“Il est désormais acquis que les consommateurs adhèrent à la seconde main et cela modifie la manière dont ils achètent et vendent leurs vêtements. Les marques qui intègrent ce marché voient d’énormes possibilités de conquérir de nouveaux clients tout en attirant les clients existants motivés par des critères de durabilité, d’abordabilité et d’exclusivité”, explique Sarah Willersdorf, responsable mondiale du luxe au BCG et co-auteure du rapport.

Le prix abordable comme principal facteur



L’étude indique qu’une partie de la croissance est due au regain d’intérêt pour la durabilité. Sur la base d’une enquête réalisée auprès de 2.000 personnes cette année contre 6.000 en 2020, elle révèle que le prix abordable est cité par plus de la moitié des personnes interrogées comme le principal facteur d’achat de biens d’occasion, une tendance qui est cependant à la baisse. 

La variété des produits est désormais le deuxième moteur de la consommation. Près de 40% des acheteurs considèrent également la seconde main comme une façon de consommer la mode durablement et ils sont tout autant à se tourner vers le marché de l’occasion en raison du large éventail et des pièces uniques qu’il propose. 

Nous apprenons aussi que “le plaisir de la recherche et la possibilité de marchander avec les vendeurs sont des facteurs de plus en plus appréciés dans l’achat de vêtements d’occasion, 35% des sondés déclarant que ceux-ci constituent leurs principales motivations”.

Les vendeurs sont bien évidemment la clé du marché, et 60% de ceux qui pratiquent la vente en deuxième main ont pour objectif de faire du rangement et de la place dans leur dressing. 60% ont également signalé être motivés par l’envie de récupérer la valeur résiduelle de leur article pour la dépenser en produits de seconde main (39%), de première main (20%) ou de façon plus générale (39%).

Les acheteurs deviennent également de plus en plus souvent des vendeurs, mais tous ne franchissent pas le pas. Environ 30% des non-vendeurs ont des choses à vendre mais n’ont pas trouvé le temps d’en dresser la liste. Plutôt que de vendre, 30% des répondants préfèrent faire un don à des amis ou à des associations caritatives. 

Il est également important de souligner que cela a permis à près de 60% des consommateurs de découvrir un label ou de l’acheter pour la première fois, ce qui souligne la formidable opportunité pour les marques d’élargir leur clientèle en participant au marché de la revente.

Le rapport indique que les enseignes exploitant leurs propres activités de revente peuvent s’avérer utiles mais que l’approche “risque de mobiliser beaucoup de ressources et de limiter le nombre de clients, en plus des risques liés aux volumes et aux stocks”.

Il ajoute que le partenariat avec une plateforme de revente “offre une solution mutuellement avantageuse”, tandis qu’envisager la revente en magasins sans faire le grand saut peut aussi contribuer à accroître la fréquentation et le public touché et “permettre aux différents acteurs de participer à l’économie circulaire tout en atténuant le risque associé à la contrefaçon”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com